Approche moderne de la réhabilitation prothétique fixée des amélogenèses et dentinogenèses imparfaites de l’enfance à l’adolescence

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 15 juin 2019 (page 128-141)
Information dentaire
La réhabilitation prothétique des amélogenèses et dentinogenèses imparfaites répond à des exigences esthétiques et fonctionnelles. Lorsque les formes cliniques sont sévères, elles doivent être envisagées au plus tôt, dès l’enfance, afin d’assurer la protection des tissus dentaires altérés. Dans les formes cliniques plus frustes, les mesures de prévention et de fluoration permettent d’assurer la préservation de ces tissus durant l’enfance. L’objectif commun et moderne à ces deux approches consiste à minimiser les interventions afin de préserver l’émail superficiel au mieux jusqu’à l’âge adulte, où les traitements à base de céramique collée, plus esthétiques et plus pérennes, pourront être engagés. En effet, le recours à des options thérapeutiques minimalistes grâce aux progrès de la dentisterie adhésive doit aujourd’hui être privilégié, aux dépens des méthodes plus invasives comme pouvaient l’être les couronnes périphériques scellées.
La connaissance des spécificités histologiques des anomalies en présence, associée à des méthodologies adaptées, comme la déprotéinisation ou l’infiltration résineuse, et à l’adaptation des formes de préparations, permet d’assurer un collage optimal sur ces tissus.

La réhabilitation prothétique fixée des amélogenèses (AI) et des dentinogenèses imparfaites (DI) constitue un véritable challenge pour le praticien, comme toute intervention qui touche à la globalité ou presque des dents. Cette réhabilitation ne doit être envisagée que lorsque la situation clinique l’impose. Cela suppose que les méthodes préventives (vernis, fluorations, infiltrations résineuses) ou directes (composites, verres-ionomères) ne répondent pas ou plus aux nécessités cliniques et/ou psychologiques.

Les AI sont un ensemble d’anomalies héréditaires résultant d’un défaut de formation de l’émail et caractérisées par une expression clinique, génétique et structurelle très hétérogène [1]. Les DI héréditaires, comme les dysplasies dentinaires, sont quant à elles des anomalies de structure de la dentine par mutation du gène DSPP intervenant dans la minéralisation de celle-ci [2]. Elles peuvent être isolées ou associées à un tableau clinique plus large, les associant à une ostéogenèse imparfaite héréditaire (OIH).

Dans tous les cas, le préjudice de l’enfant ou de l’adulte est non seulement fonctionnel – caractérisé par des sensibilités dentaires plus ou moins accrues, des malpositions occlusales associées parfois à une perte de dimension verticale – mais aussi esthétique, par l’aspect plus ou moins coloré et malformé des dents (fig. 1a, b). Le retentissement psychologique est variable selon la sévérité de l’atteinte et l’environnement social, mais reste important, surtout dans l’enfance [3].

Ces éléments justifient pleinement la prise en charge thérapeutique prothétique dès l’apparition des dents permanentes [4,5]. Le recours à des options temporaires puis d’usage, fondées sur une dentisterie adhésive offrant des solutions extrêmement peu invasives, doit être étudié pour chaque situation en fonction…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés La pluridisciplinarité au cœur de la gestion thérapeutique des réhabilitations esthétiques

Écouter, observer et… savoir dire non La première étape consiste, avant toutes choses, à écouter le patient afin de pouvoir...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Érosion/infiltration Les clefs de la réussite par une bonne validation de l’accès à la lésion

La procédure d’érosion/infiltration est une thérapeutique connue et abondamment décrite dans la littérature [2, 3]. Il s’agissait au départ de...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Préparation idéale de facette adaptée au cas par cas

Objectif technique Pouvoir assurer la conception des facettes en céramique plurales ou unitaires, quelle que soit la nature du matériau...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Zircone et polissage

Questions… 1.  Existe-t-il plusieurs types de zircone avec différentes propriétés mécaniques ou optiques influençant les indications thérapeutiques ? 2. Les...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Lumière sur les différents types d’éclaircissements dentaires

Quelles sont les étiologies des dyschromies dentaires ? Avant tout traitement, il convient de déterminer l’étiologie des colorations dentaires. Selon leur...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Le gradient thérapeutique

Les facettes Les premières facettes en céramique furent posées par Charles Pincus dans les années 1930, afin d’améliorer le sourire...