Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2021 (page 76-77)
Information dentaire

Baptiste Turrel

> Interne DES3 ODF

> Lyon – Soutenance le 27/06/2019

> Directrices de mémoire : Drs Vanessa Valran et Sarah Chauty

Qui n’a pas observé des effets parasites avec l’utilisation des ancrages osseux ? Et pour cause : certes, les ancrages osseux permettent de solutionner ou de simplifier certaines séquences thérapeutiques, car le placement apical des mini-vis permet d’être proche du centre de résistance. Mais attention aux moments en particulier en ancrage direct ! L’objectif de ce travail est de décrypter pas à pas les effets parasites mécaniques dans quatre situations cliniques typiques en technique vestibulaire et de proposer des solutions.

L’ingression incisive maxillaire en ancrage direct par chaînettes élastomériques sur mini-implants entre incisives latérales et canines

Effets : Une rotation distovestibulaire des incisives surtout latérales et une vestibuloversion incisive, une augmentation de la longueur d’arcade et des diastèmes.

Pourquoi ? La traction directe des chaînettes élastomériques crée un vecteur de traction oblique en direction gingivale et distale.

Solutions : Pose des minivis en distal de la canine, un tie back sur l’arc, utilisation de mini-vis enfouis ou low profile.

La rétraction incisivo-canine maxillaire en ancrage direct sur mini-vis entre 5 et 6

Effets : Une rotation canine voire un décalage des milieux incisifs, une rotation horaire du plan d’occlusion, un bowing effect vertical avec égression, tip forward molaire et égression et palatoversion incisive.

Pourquoi ? Le mouvement réactionnel est une rotation horaire autour du centre de résistance du groupe incisivo-canin, du fait de l’application de la force en dessous du centre de résistance.

Solutions : Utilisation d’une potence moyenne ou incorporation d’une courbe de Spee accentuée sur un arc acier lourd full size au maxillaire, toe-out molaire.

La distalisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Le microbiote buccal : quand les odontologistes bretons s’en mêlent

Les odontologistes rennais travaillent au sein de l’Inserm NuMeCan (nutrition, métabolisme et cancer), une unité créée en 2017 par l’association...
ODF

Article réservé à nos abonnés La télé-orthodontie : la télémédecine au service de l’orthodontie

Marie Lailheugue > Interne DES3 ODF > Lyon > Soutenance le 22/10/2020 La pandémie de Covid-19 a contraint les cabinets...
ODF

Article réservé à nos abonnés Dossier SFODF 2021 : Présentation des sessions

Pour ce numéro consacré au congrès, nous avons imaginé un numéro très pratique, très clinique, en quelque sorte le pendant...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’orthodontie dans le traitement des lésions érosives

Les pertes de substances d’origine érosive ont une prévalence en évolution depuis quelques années. Ces phénomènes multifactoriels sont en relation...
ODF

Article réservé à nos abonnés Le logiciel Dolphin permet-il de donner une prédiction du profil aux patients dans le cadre de traitements orthodontico-chirurgicaux ?

Marie Pavelic > DES ODF3 > Bordeaux > Soutenance le 19 octobre 2020 Dans le cadre de traitements orthodontico-­chirurgicaux, la...