Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2021 (page 76-77)
Information dentaire

Baptiste Turrel

> Interne DES3 ODF

> Lyon – Soutenance le 27/06/2019

> Directrices de mémoire : Drs Vanessa Valran et Sarah Chauty

Qui n’a pas observé des effets parasites avec l’utilisation des ancrages osseux ? Et pour cause : certes, les ancrages osseux permettent de solutionner ou de simplifier certaines séquences thérapeutiques, car le placement apical des mini-vis permet d’être proche du centre de résistance. Mais attention aux moments en particulier en ancrage direct ! L’objectif de ce travail est de décrypter pas à pas les effets parasites mécaniques dans quatre situations cliniques typiques en technique vestibulaire et de proposer des solutions.

L’ingression incisive maxillaire en ancrage direct par chaînettes élastomériques sur mini-implants entre incisives latérales et canines

Effets : Une rotation distovestibulaire des incisives surtout latérales et une vestibuloversion incisive, une augmentation de la longueur d’arcade et des diastèmes.

Pourquoi ? La traction directe des chaînettes élastomériques crée un vecteur de traction oblique en direction gingivale et distale.

Solutions : Pose des minivis en distal de la canine, un tie back sur l’arc, utilisation de mini-vis enfouis ou low profile.

La rétraction incisivo-canine maxillaire en ancrage direct sur mini-vis entre 5 et 6

Effets : Une rotation canine voire un décalage des milieux incisifs, une rotation horaire du plan d’occlusion, un bowing effect vertical avec égression, tip forward molaire et égression et palatoversion incisive.

Pourquoi ? Le mouvement réactionnel est une rotation horaire autour du centre de résistance du groupe incisivo-canin, du fait de l’application de la force en dessous du centre de résistance.

Solutions : Utilisation d’une potence moyenne ou incorporation d’une courbe de Spee accentuée sur un arc acier lourd full size au maxillaire, toe-out molaire.

La distalisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...