Biomécanique des mini-implants : analyse des effets parasites de quatre situations cliniques et propositions de résolutions

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°2 - 15 avril 2021 (page 76-77)
Information dentaire

Baptiste Turrel

> Interne DES3 ODF

> Lyon – Soutenance le 27/06/2019

> Directrices de mémoire : Drs Vanessa Valran et Sarah Chauty

Qui n’a pas observé des effets parasites avec l’utilisation des ancrages osseux ? Et pour cause : certes, les ancrages osseux permettent de solutionner ou de simplifier certaines séquences thérapeutiques, car le placement apical des mini-vis permet d’être proche du centre de résistance. Mais attention aux moments en particulier en ancrage direct ! L’objectif de ce travail est de décrypter pas à pas les effets parasites mécaniques dans quatre situations cliniques typiques en technique vestibulaire et de proposer des solutions.

L’ingression incisive maxillaire en ancrage direct par chaînettes élastomériques sur mini-implants entre incisives latérales et canines

Effets : Une rotation distovestibulaire des incisives surtout latérales et une vestibuloversion incisive, une augmentation de la longueur d’arcade et des diastèmes.

Pourquoi ? La traction directe des chaînettes élastomériques crée un vecteur de traction oblique en direction gingivale et distale.

Solutions : Pose des minivis en distal de la canine, un tie back sur l’arc, utilisation de mini-vis enfouis ou low profile.

La rétraction incisivo-canine maxillaire en ancrage direct sur mini-vis entre 5 et 6

Effets : Une rotation canine voire un décalage des milieux incisifs, une rotation horaire du plan d’occlusion, un bowing effect vertical avec égression, tip forward molaire et égression et palatoversion incisive.

Pourquoi ? Le mouvement réactionnel est une rotation horaire autour du centre de résistance du groupe incisivo-canin, du fait de l’application de la force en dessous du centre de résistance.

Solutions : Utilisation d’une potence moyenne ou incorporation d’une courbe de Spee accentuée sur un arc acier lourd full size au maxillaire, toe-out molaire.

La distalisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Troubles des conduites alimentaires : incidences sur la prise en charge orthodontique

Les différents troubles du comportement alimentaire Le DSM V définit six groupes de pathologies que l’on peut définir brièvement de...
ODF

Article réservé à nos abonnés La dysmorphophobie chez l’adolescent et les conséquences en orthopédie dento-faciale

Nous n’aborderons ici que la « demande » de traitement chez l’adolescent dans sa dimension esthétique. Les indications et les bénéfices fonctionnels...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (Partie 2) : Adhésion à l’émail

Depuis les travaux de Buonocore, suivis de ceux de Newman et Miura, puis l’introduction de la technique du mordançage acide...
Biomatériaux ODF

Article réservé à nos abonnés L’assemblage collé en orthodontie (partie 1) : définition et données actuelles

Les travaux de Buonocore en 1955, puis ceux de Bowen en 1965 ont ouvert la voie du collage d’attaches orthodontiques...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion de la « période de contention » chez l’adulte

Ne pas confondre dispositif de maintien et période de contention Le dispositif de maintien est la pièce maîtresse de la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Recommandations sur la contention

Hétérogénéité des pratiques [2] Les pratiques sont nombreuses et variées. En effet, la gouttière thermoformée est plébiscitée et utilisée au...