Cas d’édentement postérieur unitaire à la mandibule

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire (page 27-32)
Information dentaire
Ce cas clinique illustre la façon de préparer des piliers unitaires en titane à partir d’un bloc de titane et d’utiliser la Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur (CFAO) pour obtenir un pilier customisé adapté à la situation.

Une patiente de 70 ans se présente en consultation pour la réhabilitation des sites 35 et 37 séparés par une molaire, elle-même prothétiquement restaurée. Un implant de diamètre 5 x 10 mm en 37 et un implant de diamètre 4,2 x 13 mm en 35 (C1, MIS) présentant une connexion conique ont été posés dans ce secteur postérieur où les dimensions du volume osseux sont suffisantes.
Trois mois sont passés et le temps est venu de réhabiliter prothétiquement les sites implantés.

Séquence prothétique

Étape de la prise d’empreinte

La patiente se présente avec ses piliers de cicatrisation en place après une cicatrisation osseuse et transgingivale satisfaisante (fig. 1a et b). Les piliers de cicatrisation sont dévissés et révèlent le diamètre des composants prothétique, plateforme large de Ø 5 mm pour le col vert et plateforme standard pour l’implant au col violet (fig. 1c).
Une empreinte est prise à l’aide de transferts d’empreinte clipsés destinés à être emportés dans l’empreinte. La bonne assise des transferts clipsés est radiographiquement contrôlée (fig. 1d et e). Les transferts d’empreinte (fig. 1f) reçoivent l’analogue d’implant correspondant au diamètre de sa plateforme (fig. 1g) et le maître-modèle peut être coulé.


Confection par CFAO des piliers unitaires

Des piliers unitaires customisés sont préparés selon un procédé totalement numérisé à partir de blocs de titane préfabriqués dont la base correspond à la connexion conique du col implantaire (fig. 2a). Un « scan-body » est vissé sur les analogues du maître-modèle (fig. 2b et c) pour permettre une numérisation du maître-modèle (fig.  2d et e). Sur le logiciel de CAO, les piliers sont dessinés puis centrés sur le bloc de titane (fig. 2f à k). Le fichier STL est envoyé au centre d’usinage numérisé (MGuide, Israël), qui réalise les piliers customisés à partir de chaque bloc…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Association sinus lift et ROG en un seul temps opératoire : cas clinique

Situation initiale Patient de 55 ans adressé pour une augmentation de volume osseux dans le secteur maxillaire postérieur gauche. Les...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés SUI 2024, une rencontre universitaire autour de l’implantologie

Au cours d’une journée très dense, chaque intervenant représentant son Diplôme Universitaire a pris la parole pour présenter un cas...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Préservation alvéolaire : la « Socket Shield Technique »

RÉSUMÉ Les exigences grandissantes des patients nous ont conduits à modifier notre pratique. Le principe de gradient thérapeutique, bien connu...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...