Cas de prothèse maxillo-faciale mandibulaire : difficultés rencontrées et solutions apportées

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 5 juin 2019 (page 179-184)
Information dentaire
Quelles sont les spécificités de la prothèse maxillo-faciale ?
Comment aborder les cas, peu courants dans les cabinets ?
Quelles sont les solutions techniques disponibles ?

La prothèse maxillo-faciale (PMF) est un volet particulier de la prothèse amovible, vaste discipline. La réhabilitation prothétique en PMF est complexe en raison de l’étendue, de la variabilité des défauts des tissus de soutien et paraprothétiques, et de la réflexion que demande la solution thérapeutique. De plus, les patients se présentent le plus souvent en consultation démunis, après un parcours de soins complexe et une grande altération tant esthétique que psychologique et fonctionnelle [1].

Présentation du cas

Un patient de 59 ans, totalement édenté, est adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une réhabilitation prothétique. L’interrogatoire médical révèle un antécédent de cancer du plancher buccal en 2016 et des crises d’épilepsie stabilisées. Les séquences chirurgicales consistent en l’exérèse de la tumeur cancéreuse linguale qui est localisée au niveau du plancher et associée à une infiltration osseuse antérieure mandibulaire, sans traitement adjuvant.

À noter également, l’exérèse des polypes localisés sur les cordes vocales effectuée plus récemment, en 2018. La prise de Lyrica pour son épilepsie est l’unique traitement en cours.

L’exérèse de la tumeur entraîne trois modifications anatomiques majeures au niveau de sa cavité buccale, à savoir l’apparition :
– d’une bride secteur 4 ;
– d’un défaut osseux médian mandibulaire antérieur ;
– d’un frein médian modifié.

La décision thérapeutique retenue consiste en la réalisation de deux prothèses amovibles complètes de transition, choix tenant compte de la situation clinique : l’anatomie particulière de l’arcade mandibulaire, et le fait que le patient n’a jamais porté de prothèse et n’est pas prêt psychologiquement à en recevoir.

Cet article développe la gestion des difficultés dues aux particularités anatomiques rencontrées lors de cette réhabilitation prothétique, sachant que, quelles…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Utilisation d’un scanner intra-oral et d’un processus digital pour la réalisation d’une PAP

Cas clinique La patiente est âgée de 56 ans, présente une édentation Kennedy classe II div 1 à la mandibule...
Prothèse

Édentement unitaire antérieur : avec ou sans implant

Responsable scientifique : Mathilde Jalladaud Conférenciers : Myriam Dib, Matthias Kern, Ardnt Happe Adrien Marinetti   Durant son intervention, le Dr...
ODF Prothèse

Traitement orthodontique et prothétique d’une agénésie des incisives latérales supérieures chez un adolescent

L’agénésie des incisives latérales représente environ 20 % des agénésies [1], et est souvent bilatérale. L’absence des incisives latérales maxillaires peut...
Prothèse

Amélogenèse imparfaite et maladie rare : réhabilitation par prothèses amovibles

L’amélogenèse imparfaite (AI) est un groupe de maladies héréditaires hétérogènes sur le plan génétique et phénotypique qui affecte la qualité...
Prothèse

Esthétique du sourire et estime de soi

Dans de nombreuses cultures et à travers les âges, les dents symbolisaient la santé, la jeunesse, la beauté, la dignité,...
Prothèse

Traitement des usures dentaires grâce aux méthodes directes et indirectes en CFAO

La dentisterie adhésive a connu sa révolution [1] : nos soins ont un coût biologique quasi nul par rapport à...