Échecs implantaires en prothèse fixée : les facteurs prothétiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 septembre 2020

9. Implant déposé avec reste de ciment (courtoisie Dr Manuel Hautefaye).

Information dentaire
  1. Quelle connectique implantaire est la plus favorable ?
  2. Le design prothétique influence-t-il le succès implantaire ?
  3. Existe-t-il des réglages occlusaux spécifiques en prothèse sur implant ?

Albrektsson et coll. ont décrit en 1986 les critères définissants l’échec implantaire : mobilité, perte osseuse verticale excédant 1,5 mm la première année suivant la mise en charge ou excédant 0,2 mm par an, signes et symptômes persistants et/ou réversibles tels que douleur, infection ou paresthésie. Ainsi, le taux de succès semble supérieur ou égal à 85 % à cinq ans et supérieur ou égal à 80 % à dix ans [1].

La préservation de l’ostéointégration dépend de la santé des tissus péri-implantaires mais aussi du contrôle des forces occlusales (fig. 1) [2].

D’après la récente classification de Chicago (2017) des maladies parodontales et péri-implantaires, la péri-implantite est définie comme une pathologie induite par un biofilm dysbiotique, et caractérisée par une inflammation de la muqueuse péri-implantaire et par une perte progressive du support osseux. C’est donc un processus inflammatoire le plus souvent lent et irréversible qui atteint les tissus mous et durs péri-implantaires [3]. L’étude menée par Mombelli et coll. en 2012 montre que 20 % des patients chez qui il a été posé des implants et 10 % des implants posés déclareront une péri-implantite dans les cinq à dix ans après la pose (fig. 2) [4].

La prothèse peut être à l’origine de l’échec implantaire à divers moments de la chaîne d’élaboration : lors de sa conception (type de connectique, profil d’émergence, hauteur et nature du pilier), de son assemblage (prothèse vissée ou scellée) ou au moment du réglage de l’occlusion (lié à l’absence de ligament).

Risques liés à la conception de la prothèse

Type de connectique et pilier

Implant à connexion interne/externe

Au niveau d’un implant atteint de péri-implantite, la densité la plus importante de bactéries se trouve au niveau de la jonction pilier-implant [5]. La colonisation bactérienne de cette connectique se fait lors des manipulations…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...