Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 3 avril 2024 (page 16-24)
Information dentaire
Le passage de l’édentement partiel à l’édentement complet est une étape souvent difficile à franchir pour le patient et une décision complexe pour le praticien. Lors de ce passage, la question de la stabilité prothétique de la future réhabilitation reflète l’inquiétude majeure et légitime de nombreux patients. À la mandibule, lorsque deux appuis dentaires répartis symétriquement sont encore disponibles, les options thérapeutiques sont multiples et visent à optimiser la stabilité de la future prothèse par tous les moyens. L’émergence de nouveaux matériaux usinables permet d’élargir l’arsenal thérapeutique adapté à cette situation clinique, tout en s’inscrivant dans une dynamique de préservation tissulaire.

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique qu’il souffre d’une hypertension artérielle, d’une dyslipidémie et de reflux gastro-œsophagiens dans un contexte général de dépression chronique et de syndrome de Ménière. La recherche d’antécédents révèle une hospitalisation en 2011 pour le traitement urgent d’un accident vasculaire ischémique cérébral sylvien superficiel droit sur sténose carotidienne. Le patient est actuellement traité par antiagrégant plaquettaire (Kardegic® 160 mg/j), inhibiteur de l’angiotensine II (Aprovel® 150 mg/j) et statine (Tahor® 20 mg/j) dans le cadre préventif des récidives d’accident ischémique et de la régulation de la tension artérielle et de la lipidémie. Les reflux gastro-œsophagiens sont traités par un inhibiteur de la pompe à protons (Inexium® 20 mg/j).

L’examen clinique exo-buccal de face montre une légère dysharmonie des étages moyens et inférieurs de la face et une altération de la dimension verticale (fig. 1). L’examen clinique exo-buccal de profil met en évidence une classe III squelettique dans un contexte d’hypo-divergence [1, 2]. L’examen clinique endo-buccal révèle l’existence d’une réhabilitation totale fixée supra-implantaire au maxillaire nécessitant des manœuvres de maintenance et un édentement mandibulaire subtotal de classe I.1 [3, 4] conservant les dents 33 et 43 (fig. 2). La crête osseuse mandibulaire résiduelle présente une résorption osseuse limitée en hauteur et en largeur, correspondant à une classe topographique 3 [5, 6].

Le patient déclare ne plus porter sa prothèse mandibulaire provisoire depuis plusieurs années et souhaite une solution pérenne pour compenser son édentement mandibulaire sans faire appel à la chirurgie implantaire. Il se déclare néanmoins satisfait de sa réhabilitation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés La chirurgie pré-prothétique soustractive dans l’intégration des prothèses amovibles

Ces dernières années, l’avènement des techniques implantaires, tant chirurgicales que prothétiques, a permis de remplacer les dents absentes et de...