Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 26 mai 2021 (page 58-66)
Information dentaire

Les ostéochimionécroses des maxillaires d’origine médicamenteuse regroupent des ostéonécroses en lien avec la prise de bisphosphonates ou, plus récemment, de thérapies ciblées (dénosumab, sunitinib, bevacizumab, temsirolimus). Elles font partie des effets indésirables de ces thérapeutiques, notamment dans les indications oncologiques avec par exemple un risque de 6,7 % pour l’acide zolédronique et 1,9 % pour le dénosumab. En revanche, pour les indications ostéoporotiques, il est de 0,21 % pour les bisphosphonates après 4 années d’exposition et de 0,04 % pour le dénosumab [1].

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les différents stades (tableau 2) et la prise en charge. Cette classification est à ce jour la plus employée dans les différentes études évaluant les traitements des ostéonécroses. Cependant, la prise en charge de ces dernières reste controversée puisqu’il n’existe pas à ce jour de consensus reconnu [2]. Différentes approches thérapeutiques sont proposées, allant de thérapeutiques médicales comme l’antisepsie locale avec de la chlorhexidine à 0,12 ou 0,2 %, l’antibiothérapie, l’oxygénothérapie hyperbare, la biostimulation laser, le teriparatide, l’association de pentoxifylline et tocophérol et des thérapeutiques chirurgicales conservatrices ou étendues associées à l’usage ou non à la fluorescence ou de PRF (Platelet Rich Fibrin) ou d’autres thérapeutiques médicales [1, 3-6].

Les objectifs de traitement, une fois le diagnostic posé, sont multiples [1], il s’agit de :

  • contrôler la douleur ;
  • contrôler l’infection muqueuse et osseuse ;
  • éviter la progression ou la récidive de l’ostéonécrose.

Tableau 1. Critères de diagnostic de l’AAOMS [1]

1. Traitement antérieur ou actuel par inhibiteur de la résorption osseuse ou anti-angiogénique

2. Exposition osseuse directe (ou via fistule intra ou extra-orale dans la région maxillo-faciale) persistante depuis plus de huit semaines

3. Absence d’antécédents de radiothérapie cervico-faciale, ou de diagnostic local de récidive tumorale ou de métastase

 

Tableau 2. Stades d’ostéonécroses selon AAOMS [1]

Patient à risque d’ostéonécrose ayant été traités par des bisphosphonates per os ou par voie intraveineuse

Stade 0

Pas d’os nécrotique apparent, mais présence de signes cliniques ou radiographiques

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Ostéopétrose et pycnodysostose, un modèle physiopathologique d’ostéonécrose des mâchoires induite par les antirésorptifs osseux

Physiopathologie des OCN et similitudes avec certaines maladies ostéocondensantes Il existe différentes maladies osseuses d’origine génétique caractérisées par une ostéosclérose (c’est-à-dire...