Conduite à tenir chez les patients consultant pour des acouphènes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 16 octobre 2019 (page 18-21)
Information dentaire

Les résultats des études épidémiologiques s’accordent pour rapporter une fréquence plus élevée de symptômes otologiques chez les patients présentant des dysfonctionnements temporo-mandibulaires (DTM), comparés à des sujets non DTM [2, 6, 8, 11, 12]. Ces symptômes sont variés et concernent essentiellement les otalgies, les acouphènes, les sensations d’oreille bouchée, les pertes auditives et les vertiges [4]. Parmi eux, les acouphènes font partie des symptômes les plus fréquemment rencontrés, ce qui peut motiver une consultation auprès d’un praticien spécialisé dans la prise en charge des DTM. L’objectif de cet article est de préciser, sur la base des publications récentes, les recommandations concernant la conduite à tenir chez les patients qui consultent pour des acouphènes.

Les acouphènes correspondent à une expérience sensorielle auditive subjective, caractérisée par la perception de sons de différentes natures (sifflements, bourdonnements…) en l’absence de toute stimulation sonore externe. Ils peuvent se manifester dans une seule oreille ou dans les deux, et sont souvent associés à une perte auditive [5].

Les acouphènes concernent environ 10 à 20 % de la population [5]. Cette estimation doit cependant être affinée en fonction de leurs caractéristiques et de leur sévérité. Ainsi, la prévalence serait de l’ordre de 30 % pour les acouphènes intermittents, de 14 % pour les acouphènes fréquents ou permanents et de 2 % pour les acouphènes dont la sévérité est majeure avec une altération importante de la qualité de vie [1, 5].
La prévalence serait également plus élevée chez l’homme et augmenterait avec l’âge [1, 5].

Hormis dans les rares cas d’acouphènes où il est possible d’objectiver un bruit (acouphènes objectifs) provoqué, par exemple, par les contractions myocloniques du muscle tenseur du tympan ou des anomalies de la circulation sanguine, il n’existe, dans tous les autres cas (acouphènes subjectifs), aucune possibilité d’objectiver et de mesurer les acouphènes [5].

Cette absence de bruits objectivables constitue un important facteur limitant dans les études sur les acouphènes qui ne peuvent se baser que sur l’autoévaluation des patients.

À ce jour, aucun traitement ne s’est montré réellement efficace [10] et seules les thérapies cognitives et comportementales (TCC) semblent pouvoir apporter un certain bénéfice aux patients en les aidant à mieux vivre avec leurs acouphènes, sans toutefois en supprimer la cause [5].

Étiologie

L’étiologie des acouphènes est très mal connue et certainement multifactorielle [5, 6] : anomalies anatomiques, traumatismes sonores, causes médicamenteuse (drogues ototoxiques), infectieuse, neurologique, mais pour la plupart…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Article réservé à nos abonnés Maladie de Parkinson et prise en charge bucco-dentaire

Recommandations pour la prise en charge au cabinet dentaire Identifier les patients (stade de la maladie, traitements suivis…) en se rapprochant...