Couple d’insertion élevé et péri-implantite

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 29 novembre 2023 (page 86-89)

1. L’instrument de mesure de couple Tohnichi indique ici une valeur maximale de 96,2 Ncm. Il n’est pas rare d’atteindre ce niveau de couple lorsqu’un implant de large diamètre est utilisé en association avec une connexion très résistante (tournevis plein dans un hexagone interne de 1,7 mm de profondeur) [13]. Même s’il n’existe ni risque biologique, ni risque d’induction d’une péri-implantite ultérieure (voir article), des déformations irréversibles de la connexion implantaire peuvent être observées et, en règle générale, on choisit plutôt de travailler dans la fourchette de 30 à 70 Ncm.

Information dentaire

Le lien possible entre un couple d’insertion élevé et le déclenchement ultérieur d’une péri-implantite est parfois évoqué en conférence (Choukroun J., conférence Alpha Omega Paris, 20 juin 2019 ; Choukroun J., webinar ABC Dent, 9 juin 2021). La compression de l’os cortical s’accompagnerait d’une ischémie et d’une souffrance cellulaire. Ce processus, parfois qualifié de stress oxydatif, provoquerait des pertes osseuses marginales, elles-mêmes à l’origine d’une future péri-implantite.

Un autre auteur évoque l’apparition de micro-fractures et de zones de nécrose du tissu osseux lorsque le couple d’insertion est élevé (Norton M., Academy of Osseointegration Spotlight, 5 mai 2022).

Ces éléments disparaissent après cicatrisation, mais pourraient laisser place à un tissu osseux de moindre qualité ou quantitativement moins présent à la surface de l’implant. On parle alors d’un faible « Bone to Implant Contact » (BIC), qui serait à l’origine d’un taux accru de péri-implantite.

Ce lien entre couple d’insertion élevé et péri-implantite est-il validé scientifiquement ?

Malheureusement, les études qui mettraient en rapport de façon directe ces deux paramètres n’existent pas. En revanche, nous disposons de nombreuses études permettant de qualifier le lien entre couple d’insertion élevé et perte osseuse cervicale, taux d’ostéointegration et BIC.

Lien entre couple d’insertion élevé et perte osseuse cervicale

Trois méta-analyses indépendantes ont été publiées en 2015 [1], 2016 [2] et 2020 [3]. Elles sont concordantes et indiquent que la valeur du couple d’insertion implantaire, faible ou élevée, n’a pas d’influence sur la perte osseuse cervicale. Les études incluses sont toutes des études cliniques (fig. 1). Le niveau de preuve est très élevé.

Les périodes d’observation ne dépassent pas trois ans et ces études ne parlent donc pas de péri-implantite. Elles indiquent cependant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Intérêts des piliers de cicatrisation Iphysio dans la gestion du profil d’émergence en implantologie

Les critères de succès de l’ostéointégration sont définis depuis des décennies (immobilité de l’implant, pas de radio transparence autour de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés L’empreinte optique en implantologie

Quelles sont les empreintes nécessaires pour avoir un fichier complet ? Pour enregistrer la position d’un implant, il va falloir...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...