Des probiotiques pour lutter contre les maladies parodontales ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°26 - 28 juin 2023 (page 24-27)
Information dentaire
Nous ingérons chaque jour une quantité importante de micro-organismes vivants, et en particulier des bactéries naturellement présentes dans notre environnement et notre alimentation. Certains de ces micro-organismes semblent présenter des effets bénéfiques pour la santé et sont utilisés depuis de nombreux siècles, surtout ceux issus des produits fermentés.

Pour les maladies parodontales, qui sont des maladies inflammatoires chroniques d’origine bactérienne, l’utilisation de probiotiques pourrait sembler intéressante.

Depuis maintenant quelques années, les micro-organismes bénéfiques appelés probiotiques sont source de nombreuses études afin de comprendre leurs mécanismes d’action et leurs effets sur la santé. Ils ont permis de mettre en avant leur intérêt dans certaines disciplines médicales et sont particulièrement étudiés dans le cadre des pathologies de la cavité orale.

Pour les maladies parodontales, qui sont des maladies inflammatoires chroniques d’origine bactérienne, l’utilisation de probiotiques pourrait sembler intéressante.

En effet, après s’être focalisée sur les thérapeutiques antiseptiques et/ou antimicrobiennes, la médecine actuelle cible plutôt les actions sur l’hôte, sa capacité à se défendre. Avoir recours à ce type de thérapeutiques pourrait donc aller dans le sens d’une prévention orientée vers la gestion du microbiome et la potentialisation des défenses de l’hôte.

Qu’est-ce qu’un probiotique ?

Selon la définition de l’OMS en 2002, les probiotiques sont des « micro-organismes vivants, principalement des bactéries, qui sont sans danger pour la consommation humaine et qui, ingérés en quantité adéquate, exercent des effets bénéfiques sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels » [1].

La découverte des probiotiques est attribuée au prix Nobel russe Elie Metchnikoff, biologiste de l’Institut Pasteur de Paris, en 1907, qui estima que la longévité de certains peuples nomades bulgares était due à leur consommation de produits laitiers fermentés contenant des bactéries. Il mit en avant une bactérie, la Lactobacillus Bulgaricus, qu’il introduisit alors dans les produits commerciaux dérivés du lait à travers l’Europe, en particulier les yaourts.

Lilly et Stillwell, en 1965…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Violences faites aux femmes, Guide pratique pour le chirurgien-dentiste

  L’article 51 de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes énonce que...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Le cobalt-chrome : un danger contemporain ?

Comme toute discipline, l’odontologie a su évoluer au gré des progrès, des recherches et des normes. À l’heure du biomimétisme,...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge d’un enfant porteur de troubles du spectre autistique au cabinet dentaire

La prise en charge des patients en situation de handicap au cabinet dentaire peut se révéler complexe. Bienveillance, maîtrise technique...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Quatre questions pour améliorer la prise en charge des patients en situation de handicap au cabinet dentaire

Malgré le droit, près d’un demi-million de personnes en situation de handicap n’auraient pas suffisamment, voire pas du tout accès...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Obésité et santé bucco-dentaire, un défi d’actualité

MOTS-CLÉS : Obésité, santé orale, parodontite, lésion carieuse L’obésité, définie par un indice de masse corporelle (IMC) ≥ 30 kg/m2, est...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Traitement contemporain d’une situation d’usure érosive

Les patients atteints d’usure érosive (de nature chimique) consultent de manière quasi exponentielle au sein des cabinets avec des degrés...