Deux autres lésions linguales rares

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°39 - 11 novembre 2020
Information dentaire
La langue peut être le siège de nombreuses tumeurs bénignes ou malignes. Parmi les tumeurs bénignes, certaines, comme le nodule d’hyperplasie fibro-épithéliale, le papillome…, sont fréquentes. Dans sa forme typique, le papillome a un aspect si particulier que le diagnostic clinique est aisé. Toutefois, dans sa localisation buccale, il peut exceptionnellement ressembler à  un nodule d’hyperplasie fibro-épithéliale traumatisé. Comme autre tumeur linguale rare, on évoquera le pseudo-kyste salivaire rétentionnel, développé à partir des glandes salivaires de Blandin-Nuhn.

CAS 1

Motif de la consultation

Patiente de 61 ans venue consulter spontanément pour une lésion linguale.

Histoire de la maladie

• Depuis quelques semaines, la patiente a noté la présence d’une lésion sur le milieu du bord gauche de la langue.

Interrogatoire

• La patiente n’avait pas d’antécédents médico-chirurgicaux, hormis une hypothyroïdie traitée par lévothyroxine. Elle présentait une intoxication tabagique (20 paquets-année). Elle mordait assez régulièrement la lésion, occasionnant de brefs épisodes douloureux, qui la gênait beaucoup professionnellement (elle travaillait dans un service de communication en relation avec les médias). Depuis sa découverte, la lésion n’avait pas augmenté de taille.

Examen clinique

• La lésion était constituée par une tumeur sessile, blanchâtre, hémisphérique, de 3 mm de diamètre. Sa surface, qui apparaissait rugueuse, était parsemée de quelques points nettement plus blancs que le reste. À la palpation, la tumeur était ferme et reposait sur une base parfaitement souple.

Examen paraclinique

• La lésion a été excisée et l’examen histopathologique a montré qu’elle comportait quelques projections exophytiques, revêtues d’un épithélium malpighien avec en surface une épaisse couche de parakératose. Il existait par endroits des cellules à cytoplasme clair et une discrète hyperplasie de l’assise basale. L’axe conjonctivo-vasculaire des papilles était dépourvu d’infiltrat inflammatoire. Le tissu conjonctif sous-jacent était assez riche en petits vaisseaux congestifs. L’étude immunohistochimique avec l’anticorps anti-HPV était négative. L’aspect de la lésion correspondait à celui d’un papillome corné.

Synthèse

• L’anamnèse (répétition des morsures), l’aspect de la lésion, sa consistance et sa localisation sur une zone exposée aux traumatismes plaidaient en faveur d’un nodule d’hyperplasie fibro-épithéliale.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...