Empreinte en prothèse fixée : polyéthers versus silicones par addition – Partie 1

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 30 septembre 2020 (page 24-30)

5. Empreinte « wash technique » réalisée avec deux silicones par addition de viscosités éloignées.

Information dentaire
Partie 1 : généralités et propriétés....

La réhabilitation d’une dent par prothèsefixée, qu’elle soit collée ou scellée, nécessite une prise d’empreinte permettant de transmettre au prothésiste l’ensemble des éléments nécessaires à sa fabrication. Cette étape est primordiale et doit permettre un enregistrement fiable et précisdes préparations et structures environnantes, garant d’une adaptation optimale.

Malgré l’avènement des empreintes optiques et du travail par flux numérique, les empreintes physico-chimiques restent omniprésentes dans les cabinets dentaires. Le succès de la restauration finale découlera alors en grande partie du matériau à empreinte utilisé. Il en existe différentes familles, et le choix dépendra directement des propriétés mécaniques souhaitées et de la technique d’empreinte choisie [1].

Principaux matériaux à empreinte en prothèse fixée

Selon la classification d’O’Brien [2], il existe deux grandes familles de matériaux élastiques : les hydrocolloïdes et les élastomères (fig. 1).

Historique

Dans les années 1950, les hydrocolloïdes étaient principalement utilisés en prothèse fixée [3]. On distingue alors deux matériaux : les réversibles, apparus en 1925, et les irréversibles, en 1941 [4].

De nos jours, du fait de leur conditionnement, de leur manipulation non ergonomique et de leur faible résistance au retrait, les hydrocolloïdes réversibles ne sont que très peu utilisés en prothèse fixée [5]. Il en est de même pour les hydrocolloïdes irréversibles de la classe A, aussi appelés « alginates », qui voient leurs indications limitées dans ce type d’empreinte [6]. En effet, la réaction de prise de ce matériau dépend de leur composition, du ratio poudre/eau, de la température de l’eau ainsi que des conditions de stockage [7]. De plus, nombreuses sont les études qui montrent une diminution de la stabilité du matériau lorsque celui-ci n’est pas coulé dans les 10 minutes qui suivent la désinsertion [8, 9], même si les nouveaux matériaux semblent améliorer ce point [10].

Ainsi, deux matériaux à empreinte sont aujourd’hui principalement utilisés en prothèse fixée : les polyéthers et les silicones par addition, aussi appelés vinylpolysiloxanes (VPS) [4, 5].

Polyéther

Apparu à la fin des années 1960, ce matériau à empreinte fait partie des plus utilisés en prothèse fixée [3, 4]. Conditionné sous forme de cartouches base/catalyseur, il est principalement mis en œuvre avec un auto-mélangeur.

La base est composée d’une longue chaîne de copolymère de polyéther alternant avec des atomes d’oxygène, des groupes de méthylène et des groupes terminaux réactifs [3, 5]. Le catalyseur est, quant à lui, composé d’un agent de réticulation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Les coups de cœur de Maxime Helfer

Si l’empreinte optique n’est pas nouvelle, force est de constater qu’elle devient prépondérante dans les publications. Et ce n’est pas...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Les Adhésifs en prothèse amovible : contribution au bon usage par les assistant(e)s dentaires

Le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie entraînent inéluctablement un accroissement de la population édentée uni...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Traitement prothétique et parodontite : les bons réflexes

Une forte proportion (47 % à 82 %) de la population française présente une maladie parodontale, 8 % à 11 % des patients présenteraient...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique et aménagement des tissus mous

Les restaurations prothétiques affectent les tissus de soutien de différentes manières ; elles peuvent notamment entretenir une inflammation ou provoquer...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Le contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques

Bien que peu souvent abordée, la problématique du contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques est un sujet essentiel pour...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La parodontologie au service de l’esthétique en prothèse fixée

L’esthétique est une science philosophique, ayant pour objet la perception, l’émoi des sens et le « beau ». L’esthétique présente deux composantes....