Enseignements pratiques des restaurations partielles postérieures : conception d’un outil pédagogique

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 15 juin 2021 (page 175-82)
Information dentaire
  1. Pourquoi enseigner les restaurations partielles en travaux pratiques de prothèse fixée ?
  2. Comment s’approcher des conditions cliniques au maximum ?
  3. Quel outil pédagogique concevoir et comment le mettre en œuvre ?

    L’évolution des matériaux constitutifs des restaurations prothétiques et des systèmes d’assemblage a conduit à un véritable changement de paradigme dans le domaine de la prothèse conjointe. La dentisterie contemporaine s’affranchit des principes de préparation et de rétention mécanique incontournables pour la prothèse conventionnelle, sources malheureusement d’un délabrement excessif de l’organe dentaire [1-3].

    L’enjeu, selon Pascal Magne, est la conservation maximale des tissus dentaires grâce à la mise en place de cette dentisterie mini-invasive remplaçant quasi uniquement les tissus dentaires perdus [4,5]. Dès lors, les indications des restaurations partielles ont été considérablement étendues jusqu’à des contextes de pertes de substances parfois importantes [6].

    L’abord des restaurations partielles postérieures collées dans les études de chirurgie dentaire intervient en quatrième année, après que des connaissances dans différents domaines ont été acquises. Cet enseignement, composé de cours théoriques et de travaux pratiques, constitue un parcours ou l’étudiant sera amené à réaliser une préparation pour un onlay céramique, une conception et une fabrication de celui-ci grâce à l’acquisition numérique de la topographie buccale par un système de CFAO directe, un maquillage de la pièce prothétique et enfin l’assemblage par un composite de collage de l’onlay sur la dent préalablement préparée.

    Néanmoins, l’enseignement de prothèse conjointe contemporaine se doit de suivre une démarche biomimétique où la préparation dentaire est raisonnée et réfléchie à partir de l’analyse scrupuleuse de la localisation, de l’architecture et du volume de la perte de substance [7]. Les parois résiduelles sont alors aménagées et mises en forme [8-10].

    Jusqu’alors, le matériel pédagogique utilisé dans les travaux pratiques était composé de dents en ivoirine représentant une dent totalement…

    Cet article est réservé aux abonnés.
    Pour lire la suite :

    Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
    Mot de passe
    oublié ?

    Vous pouvez également :

    Acheter l'article En version numérique
    Acheter le numéro À l'unité

    Thèmes abordés

    Sur le même sujet

    Implantologie Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

    Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

    Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

    Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

    Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
    Prothèse Prothèse fixée

    Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

    Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
    Prothèse

    Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

    L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...