Examens cone beam et panoramiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire (page 20-25)
Information dentaire
La radiographie panoramique dentaire est bien connue, elle se pratique aujourd’hui en première intention (selon les recommandations de la Haute Autorité de Santé), c’est-à- dire à chaque fois que le praticien a besoin d’obtenir une image générale des structures dento-maxillaires avec une faible dose de rayonnements.

Le rôle de l’Assistante Dentaire

Récemment mise au point, l’imagerie volumique ou cone beam CT se répand, elle devient plus courante en radiologie dentaire et l’assistante est souvent désarmée face à cette nouvelle technique. Est-ce plus invasif, doit-on placer le patient comme pour un examen panoramique, quelles en sont les spécificités ?

Après quelques rappels des règles et des contraintes relatives à l’examen panoramique, nous présenterons les principes de l’imagerie cone beam et le rôle de l’assistante pour la réussite de cet examen radiologique si particulier.

Radiographie panoramique

L’appareil est conçu pour obtenir une image plane des structures dento-maxillaires d’un patient moyen. Généralement, on prérègle l’appareil pour un des trois morphotypes conventionnels : arcade étroite et pointue, arcade plus circulaire, arcade plus elliptique. Il faut donc que la morphologie du patient soit la plus proche possible de cette forme théorique. En effet, en déplaçant autour de la tête du patient l’ensemble générateur X – capteur, selon un mouvement très complexe, on cherche à obtenir une image 2D la moins déformée possible. Ces déformations minimales sont obtenues au prix d’une adéquation entre la forme théorique d’arcade proposée par le constructeur et l’arcade du patient, mais surtout d’un positionnement rigoureux du patient.

Protocole de réalisation et rôle de l’assistante
Le protocole de réalisation du cliché est décrit ci-après.
Vérifier que l’appareil est bien en position initiale de départ.
Prérégler l’appareil : identité et taille du patient (enfant, adulte moyen, adulte fort), sélection de la dose optimale kV et mA.
Déposer les objets métalliques susceptibles de créer des images artéfactuelles : bijoux, piercing, accessoires de coiffure, appareils auditifs, prothèses dentaires amovibles.
Mettre en place le tablier de protection sur le patient (obligatoire pour la femme enceinte et l’enfant, recommandé chez l’adulte).

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Imagerie

Article réservé à nos abonnés Imager la douleur orofaciale

Causes centrales et périphériques des douleurs orofaciales et implications dans le choix du bon examen d’imagerie Lors de l’anamnèse du patient...