Focus covid – Diagnostic biologique des infections à SARS-CoV-2

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 10 février 2021
Information dentaire

Depuis le début de la pandémie, des commentaires multiples, souvent négatifs, ont été émis sur les outils de diagnostic biologique de l’infection à SARS-CoV-2. N’a-t- on pas entendu, au début de la pandémie, que la sensibilité de la PCR n’était que de 70 %, que la sérologie ne servait à rien, que les tests antigéniques étaient très peu sensibles ? Décrire les performances de sensibilité et de spécificité de ces tests par rapport aux autres techniques durant toute la période où le diagnostic peut être posé n’a pas d’intérêt. En réalité, les tests disponibles, lorsque les prélèvements sont faits à bon escient et au bon moment de la maladie puis techniqués correctement, sont d’excellents outils diagnostiques, tout à fait comparables à ceux dont on dispose pour la majorité des maladies infectieuses communautaires. Cependant, il est fondamental de positionner chaque test en fonction du stade de la maladie (fig. 1).

La RT-PCR

C’est l’examen de référence. Il consiste à amplifier, à partir d’une amorce spécifique, l’ARN du virus ou un ou plusieurs gènes codant pour des protéines (S, N ou E). Dans le thermocycleur, la polymérase multiplie des milliers de fois l’ARN viral présent dans le prélèvement grâce à des cycles d’amplification. Cette multiplication permet de détecter de faibles quantités de particules virales.

Une RT-PCR négative après 40 cycles signifie que les gènes du SARS-CoV-2 n’ont pu être amplifiés, attestant l’absence du virus sur ce prélèvement. Deux explications : soit le malade n’était pas infecté au moment du prélèvement, soit le prélèvement était de qualité insuffisante (prélèvement insuffisant dépourvu de cellules respiratoires).

Pour limiter le risque d’erreur technique, la PCR comporte toujours l’amplification d’un gène « contrôle » (gène présent dans les cellules respiratoires) (fig. 2). De plus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Santé et bien-être au cabinet dentaire, une utopie ou une réalité accessible ?

En Europe, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et maintenant l’Espagne abordent le stress professionnel et ses conséquences en médecine bucco-dentaire [5,...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Violences faites aux femmes, Guide pratique pour le chirurgien-dentiste

  L’article 51 de la loi du 4 août 2014 pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes énonce que...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Le cobalt-chrome : un danger contemporain ?

Comme toute discipline, l’odontologie a su évoluer au gré des progrès, des recherches et des normes. À l’heure du biomimétisme,...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge d’un enfant porteur de troubles du spectre autistique au cabinet dentaire

La prise en charge des patients en situation de handicap au cabinet dentaire peut se révéler complexe. Bienveillance, maîtrise technique...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Quatre questions pour améliorer la prise en charge des patients en situation de handicap au cabinet dentaire

Malgré le droit, près d’un demi-million de personnes en situation de handicap n’auraient pas suffisamment, voire pas du tout accès...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Obésité et santé bucco-dentaire, un défi d’actualité

MOTS-CLÉS : Obésité, santé orale, parodontite, lésion carieuse L’obésité, définie par un indice de masse corporelle (IMC) ≥ 30 kg/m2, est...