Focus covid – Diagnostic biologique des infections à SARS-CoV-2

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 10 février 2021
Information dentaire

Depuis le début de la pandémie, des commentaires multiples, souvent négatifs, ont été émis sur les outils de diagnostic biologique de l’infection à SARS-CoV-2. N’a-t- on pas entendu, au début de la pandémie, que la sensibilité de la PCR n’était que de 70 %, que la sérologie ne servait à rien, que les tests antigéniques étaient très peu sensibles ? Décrire les performances de sensibilité et de spécificité de ces tests par rapport aux autres techniques durant toute la période où le diagnostic peut être posé n’a pas d’intérêt. En réalité, les tests disponibles, lorsque les prélèvements sont faits à bon escient et au bon moment de la maladie puis techniqués correctement, sont d’excellents outils diagnostiques, tout à fait comparables à ceux dont on dispose pour la majorité des maladies infectieuses communautaires. Cependant, il est fondamental de positionner chaque test en fonction du stade de la maladie (fig. 1).

La RT-PCR

C’est l’examen de référence. Il consiste à amplifier, à partir d’une amorce spécifique, l’ARN du virus ou un ou plusieurs gènes codant pour des protéines (S, N ou E). Dans le thermocycleur, la polymérase multiplie des milliers de fois l’ARN viral présent dans le prélèvement grâce à des cycles d’amplification. Cette multiplication permet de détecter de faibles quantités de particules virales.

Une RT-PCR négative après 40 cycles signifie que les gènes du SARS-CoV-2 n’ont pu être amplifiés, attestant l’absence du virus sur ce prélèvement. Deux explications : soit le malade n’était pas infecté au moment du prélèvement, soit le prélèvement était de qualité insuffisante (prélèvement insuffisant dépourvu de cellules respiratoires).

Pour limiter le risque d’erreur technique, la PCR comporte toujours l’amplification d’un gène « contrôle » (gène présent dans les cellules respiratoires) (fig. 2). De plus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Formation et modes d’exercice Enquête auprès des jeunes diplômés de l’université Clermont Auvergne

Le lieu et les modalités de formation des chirurgiens-dentistes jouent un rôle majeur dans la dynamique d’installation des jeunes diplômés...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Accès aux soins dentaires sous anesthésie générale chez l’enfant dans les établissements publics français

La santé orale des enfants constitue une problématique majeure en santé publique en France, clairement identifiée depuis plusieurs années [1-4]. Les...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Focus covid – Abécédaire des questions-réponses les plus fréquentes sur la vaccination Covid-19

Pourtant, l’émergence de nouveaux variants plus contagieux en Angleterre et en Afrique du Sud, la situation en France (avec la probabilité...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Focus covid – Les variants « plus transmissibles ». Pourquoi de nouvelles émergences et comment s’adapter ?

De nombreux virus, notamment respiratoires, mutent en permanence : les SARS-CoV-2 n’échappent pas à la règle. Ils semblent cependant muter moins fréquemment que les virus...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Focus covid – Physiopathologie de l’infection à SARS-CoV-2 et de la Covid-19

On doit concevoir le spectre clinique des infections à SARS-CoV-2 comme une pyramide ayant les formes asymptomatiques pour base et...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Focus covid – Comprendre les mesures de prévention de la Covid-19

Les gestes barrières et les mesures de distanciation physique restent des mesures incontournables, à même de ralentir l’évolution de l’épidémie en...