Focus covid – Physiopathologie de l’infection à SARS-CoV-2 et de la Covid-19

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 10 février 2021
Information dentaire
Pour une bonne utilisation des outils diagnostiques, pour comprendre les mécanismes et l’efficacité des vaccins, pour comprendre la place et le rôle des traitements proposés, quelques éléments simples de physiopathologie sont utiles, voire nécessaires [1]. Au cours de cette épidémie, l’expérience a montré que le même virus pouvait donner des tableaux cliniques très différents, allant de formes complètement asymptomatiques (aucun symptôme mais RT-PCR ou test antigénique positif et/ ou sérologie positive) jusqu’au décès.

On doit concevoir le spectre clinique des infections à SARS-CoV-2 comme une pyramide ayant les formes asymptomatiques pour base et les décès pour sommet (fig. 1). La forme de cette pyramide peut changer en fonction des comorbidités, des facteurs ethniques et socio-économiques, de l’âge et des outils diagnostiques disponibles et, peut-être, des souches virales. La pyramide chez l’enfant est ainsi beaucoup plus petite et beaucoup plus plate que celles des adultes.

Entre le moment de contact avec le SARS-CoV-2 et les formes les plus graves peuvent se succéder plusieurs étapes en cascade : exposition, infection (mise en évidence du virus et/ou sérologie positive), maladie bénigne, maladie grave, décès (fig. 2).

Le passage d’une étape à l’autre dépend de différents facteurs extrinsèques et intrinsèques (fig. 3). Ces mêmes facteurs pourraient expliquer que, parmi les membres d’une même famille, dormant dans la même chambre sans aucune protection, certains seront infectés, avec des symptômes plus ou moins marqués, alors que d’autres ne seront pas contaminés.

Facteurs extrinsèques et intrasèques

Parmi les facteurs extrinsèques, trois sont importants à souligner :

  • le premier est la quantité de virus infectants (inoculum). Dans de nombreuses maladies infectieuses, la gravité de la maladie peut être proportionnelle à l’inoculum. Cela semble aussi être le cas pour le SARS-CoV-2 : une élégante étude réalisée dans des casernes suisses a montré que, lorsque des mesures barrières ont été mises en place, le nombre de militaires infectés a été réduit de façon significative, et que, parmi les sujets infectés malgré les mesures barrières, la proportion de sujets symptomatiques a diminué de façon encore plus nette [2]. Certains auteurs ont suggéré que le port du masque pouvait agir comme une « variolisation », de petites quantités de virus pouvant immuniser le sujet…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets du sel sur la santé : évidences et controverses

Les relations entre le sel et la santé sont ambivalentes, comme souvent en nutrition. Le sodium, cation du chlorure de...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets des politiques de santé publique sur l’intérêt porté aux cancers oraux par la population européenne

Santé Publique Orale Bien que sa désignation soit entrée de façon aussi soudaine et intense qu’inattendue dans le langage usuel...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Reconnaître un avc au cabinet dentaire

La survenue d’un AVC constitue une véritable urgence. La connaissance des premiers signes permet de réagir au plus vite car...