Gestion d’une perte de rétention en prothèse amovible complète

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°3 - 15 juin 2019
Information dentaire
Quelle démarche adopter face à une perte de rétention en PAC ?
En quoi consiste la maintenance occlusale ?
Quelle méthode simple employer pour restaurer le schéma occlusal initialement défini ?

Face à la perte de rétention tardive d’une prothèse amovible complète unimaxillaire, unimandibulaire ou maxillo-mandibulaire, le praticien présumant une perte d’adaptation de la base prothétique procède généralement à la mise en place d’une résine à prise retard en première intention. Par la suite, le rebasage ou la réfection de la base prothétique devront obligatoirement être réalisés afin de remplacer cette résine qui ne peut être conservée au-delà de quelques jours. Cependant, l’anamnèse ainsi qu’une analyse précise de la situation clinique peuvent conduire à une prise en charge différente, avec une procédure clinique restaurant la rétention. Cela permet au patient de retrouver le confort initial de sa prothèse et de pérenniser le traitement entrepris.

Si la rétention est le paramètre primordial de la triade de Housset, les deux autres paramètres que sont la stabilité et la sustentation interviennent directement dans l’obtention et le maintien à long terme de cette rétention dont la qualité sera le garant de la satisfaction du patient. La dégradation à long terme des déterminants de l’occlusion tels que la relation maxillo-mandibulaire n’est pas perçue immédiatement par le patient parce qu’elle est très progressive, mais cela se manifeste inéluctablement par une perte de qualité rétentive. Il est nécessaire de prendre en compte le vieillissement des matériaux utilisés, en particulier celui des dents en résine dont la résistance à l’usure, principalement due à l’abrasion, ne permet pas de pérenniser le concept occlusal [1].

L’objectif de cet article de pratique clinique est d’exposer une solution permettant de restaurer rapidement la rétention d’une prothèse ancienne qui serait à renouveler. Ce cas de figure survient fréquemment dans notre pratique en odontologie gériatrique. Cette démarche est à suivre pour toute perte de rétention tardive et contribue à la mise en condition…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse amovible

Mesures d’hygiène et prothèses amovibles en résine

La mise en œuvre de moyens d’hygiène adaptés est très importante chez les porteurs de prothèses amovibles pour prévenir les...
Prothèse

20 ans de prothèse maxillofaciale

Si la prothèse maxillo-faciale a fortement évolué dans les années 1915-1920, lors de la Première Guerre mondiale, avec le nombre...
Prothèse fixée

20 ans de prothèse fixée traditionnelle

es principes en prothèse fixée ont fortement progressé ces dernières années, sous l’impulsion essentiellement de l’évolution des matériaux, des progrès...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète au laboratoire

Considéré comme incurable durant des centaines d’années, l’édenté total a fait preuve de patience pour se voir offrir les prémices...
Prothèse amovible

20 ans de prothèse amovible complète : clinique

Notre profession est tributaire du geste. Ce dernier ne peut se soustraire à l’apprentissage. L’enseignement par des « Maîtres » supposés avoir...
Prothèse amovible

20 ans de traitements par prothèse partielle amovible

La prothèse amovible partielle (PAP) est l’expression prothétique la plus ancienne pour pallier les désordres bucco-dentaires causés par l’édentation. On...