Halitose

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 7 février 2024 (page 30-33)
Information dentaire
En tant que praticiens travaillant à proximité de la bouche et du nez, nous sommes probablement les professionnels de santé les plus exposés à l’haleine. Et, en cas de patients présentant une halitose, nous sommes idéalement placés pour les aider à trouver une solution puisque les causes les plus fréquentes de l’halitose sont intra-orales.

Qu’est-ce que l’halitose ?

L’halitose est une odeur désagréable dans l’air expiré dont l’intensité dépasse un niveau socialement acceptable et qui provient de sources orales et/ou non orales. Il s’agit d’un problème répandu, qui toucherait une personne sur trois à un moment donné de sa vie [1]. Ainsi, en tant que chirurgiens-dentistes, nous pouvons estimer que nous sommes confrontés chaque semaine, si ce n’est chaque jour, à des patients souffrant de ce problème.

Lorsque nous recevons des personnes se plaignant d’halitose, il est important de comprendre que le problème est double : d’une part, il convient de trouver la cause de la mauvaise haleine et, d’autre part, il faut prendre conscience de l’impact sur le plan psychologique et social. Lorsqu’une personne prend conscience de sa mauvaise haleine (ou lorsqu’elle pense qu’elle en souffre), cela a souvent un impact néfaste sur sa vie et sur son entourage. L’halitose affecte négativement les interactions sociales interpersonnelles et la qualité de vie [2]. Dans les cas les plus extrêmes, cela peut conduire à l’isolement social.

Mon patient souffre-t-il d’halitose ?

Si un patient se plaint d’halitose, cela ne signifie pas qu’il en souffre réellement. En effet, nous sommes de mauvais juges de l’odeur de notre haleine. La recherche a montré, à plusieurs reprises, que l’halitose auto-déclarée ne correspondait pas aux mesures objectives de l’odeur de l’haleine. Objectiver une réelle halitose nécessite un examen organoleptique réalisé par un spécialiste et/ou l’examen instrumental de l’odeur de l’haleine.

L’examen organoleptique

Un moyen simple et peu coûteux de déterminer si un patient a mauvaise haleine consiste à sentir cette dernière (examen organoleptique) [3] (fig. 1). Cela peut se faire de plusieurs manières, par exemple en demandant au patient de compter de 1 à 10, ou juste d’expirer par la bouche et/ou le nez. Actuellement…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Le souffle, le milieu buccal, miroirs des territoires traversés

Segments et cavités traversés (fig. 1) Le tractus trachéo-broncho-pulmonaire Le souffle est généré naturellement par les poumons en tant que...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Préserver le SOUFFLE de vie NASAL de l’enfant

Le mode de ventilation physiologique est considéré comme étant nasal durant toute la vie. Le passage de l’air par l’étage...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment les troubles respiratoires du sommeil peuvent impacter la santé orale

Les troubles du sommeil en relation avec la respiration Dans la récente révision de la Classification internationale des troubles du sommeil établie...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Reprendre son souffle ! La respiration et le stress

Souffle ou soupir Le soupir peut être considéré comme un signe de tristesse, de soulagement ou d’épuisement. Dans une étude parue...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Prise en charge du patient fibromyalgique au cabinet dentaire

La fibromyalgie est un trouble neurosensoriel caractérisé principalement par une douleur chronique généralisée. Toutes les parties du corps peuvent être...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Trichomonas tenax

RÉSUMÉ Trichomonas tenax est un parasite anaérobie présent dans la cavité buccale de l’Homme, mais aussi de certains animaux de...