Inlay-core et secteur antérieur, quelles solutions pour optimiser le rendu esthétique ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°38 - 3 novembre 2021

13. Quatre inlay-cores esthétiques. De gauche à droite : usiné, PoM, céramo-métallique et céramisé.

Information dentaire
Rubrique coordonnée par Mathilde Jalladaud et Marin Pomperski

Le challenge esthétique que représentent les dents antérieures fortement délabrées se pose au quotidien. La généralisation de l’utilisation des procédés tout céramique a permis de faciliter la reproduction des teintes des dents naturelles en imitant leurs propriétés optiques. Mais lorsque ces dents sont fortement délabrées et traitées endodontiquement, la reconstitution corono-radiculaire vient influencer et perturber le rendu esthétique.

La réalisation d’une reconstitution directe en composite avec ancrage n’est pas toujours souhaitée et reste plus complexe cliniquement. L’inlay-core traditionnellement métallique reste parfois une nécessité mais peut compromettre le résultat esthétique par transparence sous des restaurations tout céramique. Quelles solutions peut-on alors envisager pour reconstituer ces dents avec un bon résultat esthétique ?

Plusieurs solutions existent et font appel à des techniques de laboratoire alliant céramique et métal. L’inlay-core céramisé, l’inlay-core céramo-métallique traditionnel, la pressée de céramique sur métal (Press On Metal ou PoM). L’avancée des technologies numériques fait également émerger de nouvelles solutions avec des matériaux lumineux et usinables.

Inlay-core céramisé

Après réalisation de l’inlay-core au laboratoire, le prothésiste ajoute une couche d’opaque, très réfléchissante qui va venir masquer le grisé du métal sous-jacent. Cette technique est très simple à mettre en œuvre au laboratoire. En revanche, la couche d’opaque est extrêmement mince et n’autorise aucune retouche de la partie coronaire sous peine de perdre le masquage.

Inlay-core céramo-métallique

À l’instar des couronnes céramo-métalliques, il est possible de monter des couches de céramique cosmétique plus épaisses sur le moignon métallique préalablement réduit en conséquence au niveau de sa partie coronaire. Cette technique est délicate au niveau de l’ajustage vestibulaire puisqu’elle nécessite la réalisation d’un joint céramique-dent sur le bandeau cervical vestibulaire. Elle est chronophage au laboratoire, mais permet de choisir très précisément la teinte du substrat sur lequel sera réalisée la couronne d’usage.

Inlay-core PoM (Press on Metal)

Il est possible d’aller encore plus loin dans le mimétisme de la reconstitution corono-radiculaire coulée en pressant directement de la céramique sur la partie coronaire de l’inlay-core métallique. La préparation dentaire nécessite un bandeau cervical périphérique plat afin de permettre un ajustement parfait de la céramique sur l’appui dentaire.

La portion métallique de l’inlay-core doit être fortement diminuée pour laisser place à la céramique. Une réduction en forme de contre-dépouille assure plus de sécurité pour la rétention de la céramique qui sera pressée. Une première couche d’opaque assure la liaison avec le métal. Enfin, une céramique, en disilicate de lithium par exemple, est pressée. Les nombreuses possibilités d’opacité et de couleur qu’offrent les céramiques pressées permettent d’obtenir un substrat très lumineux pour une restauration coronaire très naturelle.

Inlay-core usiné

Récemment, l’industrie a commencé à proposer des matériaux usinables avec un module d’élasticité proche de celui de la dentine. Grâce à un matériau constitué de 80 % de fibres de verres et de 20 % de résine époxy, ce procédé permet d’exploiter l’intégralité du logement canalaire en optimisant la dispersion des forces au sein d’un tenon anatomique. Ses propriétés optiques permettent en outre de favoriser l’intégration esthétique de la restauration coronaire à venir.

Conclusion

Il existe donc plusieurs solutions permettant d’allier reconstitution corono-radiculaire métallique (protocoles d’assemblage simplifiés, résistance mécanique supérieure aux tenons fibrés normalisés) et recherche d’un mimétisme optique parfait de la future reconstruction coronaire avec son environnement.

Aujourd’hui, de nouveaux matériaux vont encore plus loin se rapprochant du comportement mécanique de la dentine et en favorisant la dissipation des contraintes mécaniques en leur sein. Toutefois, ils relèvent encore de situations cliniques moins extrêmes et nécessitent de pouvoir mener à bien un protocole de collage exigeant.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement de la dent dépulpée : technique interne/externe ou uniquement externe ?

L’éclaircissement de la dent dépulpée est une thérapeutique qui a aujourd’hui plus de 150 ans et qui a connu de très...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Maquillage thérapeutique dans les soins de support en oncologie. Une autre facette du métier d’assistant(e) dentaire

Les patient(e)s présentant des lésions ou des cicatrices faciales secondaires à un traitement oncologique sont affecté(e)s par l’apparence de leur...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 2 : Identifier les aspects cliniques et les diagnostiquer

Introduction Pour mieux comprendre le caractère essentiel du diagnostic précoce, il est important de détailler et comprendre les différents aspects...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement externe et collage des restaurations partielles

Face à la demande esthétique croissante des patients en quête d’un sourire attractif – synonyme d’une bonne intégration psychosociale –, la...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 1 : mieux les connaître

Introduction Par leur fonction, les assistant(e)s dentaires peuvent être sollicité(e)s pour répondre à des questions en dehors du cabinet dentaire,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les reconstitutions corono-radiculaires à quatre mains

Il existe deux types de reconstitutions en fonction des situations : Les reconstitutions par matériaux insérés en phase plastique (RMIPP), dites...