Innovations en prothèse transvissée avec les solutions MultiLevel et AxIN sur l’implant Axiom

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 20 novembre 2019 (page 302-313)
Information dentaire

Les choix de conception prothétique jouent-ils un rôle important dans la stabilité osseuse péri implantaire ?

La prothèse scellée est-elle toujours une bonne option thérapeutique ?

Qu’en est-il de l’évolution des concepts en prothèse transvissée ?

Les prothèses transvissées à rattrapage d’axe implantaire divergent peuvent-elles résoudre tous les problèmes de conception ?

L’un des principaux objectifs des praticiens exerçant l’implantologie chirurgicale est le maintien d’une stabilité osseuse péri-implantaire au long terme. Comprendre les facteurs chirurgicaux qui influencent cette stabilité est évidemment fondamental : la planification chirurgicale, le contrôle de l’infection peropératoire, les règles de mise en place des implants, la gestion des tissus mous péri-implantaires en hauteur, épaisseur, qualité, etc. Cela ne constitue pourtant qu’une première étape sur le chemin de la lutte contre la perte tissulaire.

Les concepts de prophylaxie osseuse doivent évidemment inclure des facteurs prothétiques purs. Un résultat obtenu après une chirurgie bien planifiée et bien menée peut être compromis par des lacunes en matière de concepts prothétiques pourtant souvent bien étayés par la littérature.

La sélection de la forme et la hauteur de l’élément transginigval (embase titane, pilier…), le choix d’un matériau biocompatible dans la zone de contact avec la muqueuse [1] ou encore le type d’assemblage [2] semblent influencer le taux de succès des prothèses.

À l’origine de l’implantologie dentaire, les prothèses de type transvissées étaient la seule méthode. Elles étaient démontables facilitant les réinterventions et permettaient de maintenir une bonne hygiène. Puis, l’implantologie esthétique se développant dans les années 2000, beaucoup de praticiens s’étaient orientés vers la prothèse scellée.

Ce type de prothèse (fig. 1 et 2) montrait l’avantage d’éviter les trous d’accès présents dans les restaurations transvissées [3]. D’autre part, sa mise en œuvre et son aspect final étaient semblables à la prothèse dentoportée [4].

Durant cette période, l’usage du ciment de scellement n’était alors pas considéré comme une menace à la stabilité osseuse crestale. En revanche, des recherches récentes mettent aujourd’hui en garde devant ce…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....