Insuffisance transversale maxillaire et classe II squelettique : comment les gérer en un temps clinique chez l’enfant

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2021
Information dentaire

La classe II squelettique est fréquemment associée à une insuffisance transversale maxillaire. Classiquement, la prise en charge de la classe II squelettique consiste, dans un premier temps, à corriger le sens transversal et, dans un second temps, le sens antéro-­postérieur.

Aujourd’hui, une multitude d’appareils orthopédique existent pour corriger ces dysmorphoses [1] : activateur de Lautrou, bielles de Herbst, Carriere Motion… pour la classe II squelettique, disjoncteur, quad-hélix, plaque de Hawley… pour le sens transversal.

Certains appareils permettent également de corriger les deux sens en même temps (PUL, Twin-block [2]…) mais présentent l’inconvénient d’être encombrants pour le patient et entièrement amovibles.

Notre proposition est ainsi de combiner deux de ces appareils : disjoncteur fixe sur bagues et Carriere Motion.

Pourquoi le choix de ces deux appareils ?

Le disjoncteur maxillaire est un appareil fixe. Il ne nécessite donc aucune coopération du patient et ne risque pas d’être perdu, cassé ou jeté à la poubelle (contrairement à tout autre appareil amovible). L’efficacité du disjoncteur en matière de gain squelettique transversal n’est plus à démontrer [3,4].

Le fait que le disjoncteur soit activé par les parents (contrairement au quad-hélix) permet de les impliquer davantage dans le traitement de leur enfant. Ils sont en général satisfaits de voir la bonne évolution du traitement du fait de leur implication.

Le Carriere Motion est composé d’une partie fixe au maxillaire et d’une gouttière amovible à la mandibule. La correction de la classe II squelettique se fait par le port d’élastiques de TIM II 24 h/24. Cet appareil présente l’avantage d’être discret, peu encombrant et donc plus facile d’adaptation pour le patient.

Quels sont les avantages à combiner les deux dans le même temps clinique ?

Traitement plus court et motivation intacte

La correction de la classe II squelettique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Double inclusion canine associée aux résorptions radiculaires des incisives latérales

Grand Prix l’orthodontiste – Orthoplus Premier lauréat Catégorie enfants/adolescents de moins de 16 ans Marie Lailheugue, Spécialiste qualifiée en orthopédie dento-faciale, la...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement home made combiné en orthodontie linguale et aligneurs

Grand Prix l’orthodontiste – Orthoplus Premier lauréat ex aequo Catégorie adultes Guillaume Lecocq Spécialiste qualifié en orthopédie dento-faciale, Valenciennes Diagnostic...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion d’un cas d’extraction d’incisive mandibulaire par technique linguale individualisée

Grand Prix l’orthodontiste – Orthoplus Premier lauréat ex aequo Catégorie adultes Capucine Luca, Spécialiste qualifiée en orthopédie dento-faciale, Rennes La prise...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une classe II division 1 par aligneurs à fonction d’avancement mandibulaire

Le succès des thérapeutiques des classes II repose le plus souvent sur la réponse de croissance mandibulaire à notre traitement. De...
ODF

Article réservé à nos abonnés Comment corriger les classes II sans collaboration en technique multi-attaches chez l’adolescent ?

Y a-t-il plus grave échec que de terminer un traitement à l’adolescence en classe II molaire et canine ? La sanction...
ODF

Article réservé à nos abonnés Distalisation maxillo-mandibulaire en technique linguale dans le cas d’une classe 1

Rubrique coordonnée par Kinz Bayet Présentation du cas Une patiente de 20 ans se présente en consultation pour réaliser un...