Intérêt et indication de l’implantation simultanée lors de comblements sous-sinusiens par voie latérale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 8 avril 2020 (page 23-26)
Information dentaire
L’augmentation osseuse verticale sous-sinusienne par voie latérale est parfois indispensable à la restauration des secteurs postérieurs maxillaires. Cependant, cela augmente les suites opératoires, la durée et le coût du traitement. L’implantation simultanée à la greffe sous-sinusienne permettrait d’améliorer le coût/bénéfice de ce type de traitement pour le patient. La prédictibilité du protocole avec implantation simultanée est-elle comparable à celle du protocole en deux temps dans les cas de résorption sévère nécessitant un abord latéral ? Les taux de succès et de survie implantaire des techniques d’implantation simultanée sont-ils comparables à ceux des techniques en deux temps ? Nous présentons ici l’indication et les particularités chirurgicales des protocoles en un temps.

La méthode

Dans les cas de résorption sévère des secteurs postérieurs maxillaires, une hauteur crestale résiduelle très faible ne permet pas d’obtenir de façon prédictible une élévation de la muqueuse sous-sinusienne par technique de Summers. Par ailleurs, le risque de perforation de la membrane sinusienne est accru lors de résorptions osseuses postérieures maxillaires importantes.

L’efficacité et la prédictibilité de la technique de greffe sous-sinusienne par voie latérale ont été largement prouvées dans la littérature, comme l’attestent les résultats de la conférence de consensus sur les greffes sinusiens en 1996 et, plus récemment, ceux de la conférence de consensus de l’European Association for Osseointegration (EAO) en 2015.

Del Fabbro et coll. montrent, en 2004, dans une méta-analyse, un taux de survie implantaire global de 95,98 % pendant une période de 12 à 75 mois.

La revue systématique de Thoma et coll., en 2015, sur laquelle la conférence de consensus de l’EAO a fondé ses recommandations, montre un taux de survie implantaire de 99,5 % à de 18 mois.

Bien qu’il puisse se produire des complications chirurgicales, dont la plus fréquente est la perforation de la membrane de Schneider, les taux de survie implantaires sont proches de ceux des implantations dans l’os natif.

La Société française d’ORL et de chirurgie de la face et du cou (SFORL) a édité un Consensus Formalisé d’Experts concernant les recommandations de bonnes pratiques lors des chirurgies implantaires en rapport avec le sinus maxillaire.

Il est recommandé d’utiliser un matériau de greffe xénogénique seul, l’apport d’os autogène n’ayant pas prouvé une supériorité en termes de taux de survie, de néoformation osseuse ou de contact os-implant. Ces résultats confirment ceux de Del Fabbro et coll. pour lesquels le taux de survie implantaire est de 95,98 % lors d’une greffe de matériau xénogénique seul par rapport à…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés La douleur postopératoire en chirurgie orale

La douleur postopératoire (DPO) fait partie intégrante de tout acte chirurgical, secondaire à l’activation de mécanismes biologiques participants à la...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Perforation du plancher buccal d’origine iatrogène : conduite à tenir

Le plancher buccal est une région anatomique familière du chirurgien-dentiste, et paradoxalement redoutée. Cette ambivalence vient certainement du fait de...
Chirurgie orale

Article réservé à nos abonnés Comment préserver l’alvéole dentaire en chirurgie parodontale ?

La cicatrisation osseuse post-extractionnelle induit inévitablement une perte osseuse verticale et horizontale qui augmente dans le temps, et plus particulièrement...