Intérêts des exosomes dans la régénération osseuse et parodontale

  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°2 - 15 octobre 2021
Information dentaire
Récemment, l’utilisation des exosomes dérivés de cellules souches mésenchymateuses a démontré un potentiel pro-régénératif, et leur utilisation dans le traitement parodontal a été suggérée. L'objectif de cette revue systématique de la littérature est de rassembler les données les plus récentes concernant l’utilisation des exosomes issus de cellules souches afin de déterminer leur impact potentiel sur la régénération osseuse et parodontale. Les défauts osseux expérimentaux ont été principalement induits chirurgicalement par fraisage ou distraction osseuse. Toutes les études ont considéré la cicatrisation osseuse après l'administration d'exosomes comme le critère principal d’analyse. Les résultats ont montré que l'administration d'exosomes dérivés de cellules souches mésenchymateuses favorisait la cicatrisation osseuse, la néo-vascularisation ainsi que la régénération parodontale. Cependant, le nombre d’études à ce sujet reste limité et des protocoles optimisés doivent être évalués.

La parodontite est une maladie inflammatoire associée à une dysbiose, affectant 50 % des adultes et survenant plus fréquemment chez les hommes [1,2] (fig. 1). Elle entraîne la destruction des tissus de soutien tels que l’os alvéolaire, le ligament parodontal et le cément [1]. Elle est considérée comme la sixième maladie la plus répandue dans le monde et est la principale cause de perte dentaire. La charge économique mondiale due à la seule parodontite sévère a été estimée à 54 milliards de dollars chaque année [3], ceci mettant en évidence la nécessité d’une prise en charge efficace afin d’améliorer la qualité de vie des patients mais également de réduire leur impact sur les systèmes de santé.

Actuellement, le traitement parodontal consiste en une phase non chirurgicale (instrumentation sous-gingivale) associée ou non à un traitement adjuvant tel que l’utilisation d’antibiotiques ou d’antiseptiques. En cas de progression plus avancée de la maladie, une approche chirurgicale peut être nécessaire [4]. Cependant, dans la majorité des cas, une réparation du tissu lésé caractérisée par un épithélium de jonction long est obtenue, et non une régénération ad integrum du parodonte [5] (fig. 2).

Selon le type de défaut et la quantité de parois osseuses résiduelles, différentes procédures de régénération avec plusieurs types de biomatériaux tels que les dérivés de la matrice amélaire (DMA), les substituts osseux ou les membranes ont été proposées [6]. En effet, les DMA induisent une régénération parodontale dans les défauts intra-osseux profonds et étroits [6] et leur utilisation est susceptible d’augmenter de 2,46 fois la possibilité d’améliorer le niveau d’attache clinique (CAL) dans les lésions parodontales de 22° par rapport aux lésions parodontales de 36° [7].

En l’absence de parois osseuses ou dans les défauts larges, une greffe osseuse…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Overlay en composite réalisé par impression 3D : un des premiers cas cliniques et premières réflexions

La fabrication additive, plus couramment appelée impression 3D, est abordée depuis maintenant plusieurs années dans le domaine de la médecine...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Phénomènes d’usures par frottement au sein des dispositifs médicaux… En toute simplicité

Pascale Corne a réalisé une thèse d’université sur les mécanismes d’usures au sein des connexions implantaires co-dirigée par Jean Geringer,...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Usure abrasive à trois corps ou « Abrasion »

L’usure est la détérioration que produit l’usage. Au niveau des tissus dentaires, c’est une manifestation physiologique, cumulative et irréversible qui...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’évidence du bridge collé à une ailette pour le remplacement d’une incisive… ou pas !

Le remplacement d’une dent unitaire antérieure est toujours un défi, étant donné les objectifs esthétiques et fonctionnels (phonatoire et masticatoire)...
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés L’extension préventive : une renouveauté ?

Aujourd’hui ressurgit sur Internet et dans la littérature dentaire non scientifique, le vieux concept d’extension préventive décrit par Black en 1891....
Biomatériaux

Article réservé à nos abonnés Complémentarité entre biomatériaux et procédés de fabrication : le cas du larynx artificiel

Le Pr Pierre-François Ceccaldi et Vincent Lemarteleur travaillent au sein du département de simulation en santé de l’Université de Paris....