L’axe charnière : concept ou réalité physique ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 30 novembre 2013 (page 369-373)
Information dentaire
l’axe charnière existe-t-il physiquement? Pourquoi le concept d’axe charnière reste d’actualité ? Quelle est la complexité de la cinématique mandibulaire comparée aux modèles analogiques ?

L’axe charnière reste, depuis 1924, une notion sacrée dans le domaine de l’occlusodontologie. Son existence est à la base de tous les articulateurs actuels et permet une compréhension « simple » de la cinématique mandibulaire. Les théories occlusales, en dépit de leurs différences, y font toutes référence.

Cependant, son existence peut actuellement être discutée au gré des avancées scientifiques issues de domaines différents. Ces informations, recoupées par des observations sur le comportement biomécanique de la mandibule, semblent indiquer que la réalité physiologique est éminemment plus compliquée que le modèle analogique proposé par l’articulateur.


Articulateur et relation centrée

La nécessité d’une position de référence maxillo-mandibulaire est inhérente au principe de construction de l’articulateur. Il s’agissait de concevoir un outil de travail permettant de rétablir des rapports occlusaux entre les arcades.

Dès le début du XIXe siècle, des dispositifs tentant de placer le modèle mandibulaire relativement au modèle maxillaire ont ainsi été mis au point. Les rapports statiques interarcades étaient encore seuls à être pris en compte, et le terme d’occluseur reflétait leurs caractéristiques.

À partir de 1864, les déplacements mandibulaires commencent à être considérés et les premiers simulateurs analogiques qui essaient de reproduire les rapports
interarcades statiques et dynamiques voient le jour. Durant cette période, la localisation d’une charnière entre la mandibule et le crâne est l’objet de controverses (1). Il faut attendre 1924, pour que la théorie d’un axe charnière bicondylien de rotation pure, ne soit adoptée et développée au sein de la « Gnathological Society » créée dès 1927.

Même si d’aucuns, dès cette époque, ont remis en doute cette théorie, les éléments apportés ultérieurement par Lauritzen et De Stefanis, avec les moyens techniques existants…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Intérêt de la prévisualisation esthétique virtuelle en prothèse amovible complète immédiate maxillaire

Malgré les progrès très importants de la prévention et des traitements conservateurs, l’avulsion d’une dent reste un acte très fréquent...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche esthétique conventionnelle et gestion du point interincisif

La détermination tridimensionnelle du point interincisif (PI) chez l’édenté complet est un facteur primordial pour la restauration de son esthétique. Elle...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse transitoire ou immédiate d’usage : quand, comment ?

Préalable Peut-on se prévaloir d’un enseignement des connaissances exclusivement fondées sur une expérience clinique personnelle ? C’est le terme exclusivement...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation totale fixée maxillaire en contexte crestal très déficient

Les patients totalement édentés au maxillaire peuvent souhaiter une prothèse fixe plutôt qu’une prothèse amovible. Malheureusement, le volume osseux peut...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La prothèse complète implantaire sur coiffes télescopes : ça vous parle ?

Le traitement implantaire de l’édenté total a beaucoup évolué durant ces quarante dernières années. N’oublions pas que le concept d’ostéointégration...
Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Prothèse fixée plurale ou implantaire : j’extrais, je comble ?

Après extraction d’une dent, il se met en place trois types de phénomènes. Tout d’abord, à court terme se déclenche...