L’halitose intra-orale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°29 - 4 septembre 2019 (page 36-42)
Information dentaire

L’halitose intrabuccale (foetor ex ore, malodor buccal) est une odeur nauséabonde provenant de la cavité buccale. Elle se définit comme une haleine qui n’est pas socialement acceptable, et elle touche environ 30 % de la population générale [1]. La prévalence de la mauvaise haleine est plus élevée chez les personnes âgées ainsi que chez les patients atteints de parodontite. Les patients atteints de parodontite ont trois fois plus de risques d'avoir une mauvaise haleine que les personnes sans parodontite [2].

Les conséquences de la mauvaise haleine sont souvent sous-estimées. Les concentrations de composés soufrés volatils dans les odeurs d’haleine sont en général très faibles, mais chez les patients présentant une mauvaise haleine grave, elles peuvent atteindre un niveau assez élevé. Par exemple, chez les patients atteints d’halitose grave, le niveau d’hydrogène sulfuré peut augmenter au-delà du niveau de sécurité biologique (< 1 600 ppb pour un maximum de 8 heures par jour, https://safetyplatformcargosurveyors.org). Un individu ne pouvant totalement se fier à lui-même pour déterminer l’odeur de son haleine, il lui est difficile de savoir s’il a réellement mauvaise haleine, ce qui le place dans une situation d’incertitude. Par conséquent, la mauvaise haleine peut avoir une influence majeure sur la vie sociale d’une personne, se répercutant sur sa qualité de vie et son bien-être émotionnel.

Étiologie de l’halitose

L’halitose intra-orale est causée par des bactéries qui se retrouvent dans différentes niches de la cavité buccale et qui, par métabolisme protéolytique, vont produire des composés soufrés volatils (CSV). Ces bactéries dégradent la cystéine et la méthionine, acides aminés contenant du soufre, en gaz odorants. L’halitose intra-orale est principalement composée de sulfure d’hydrogène (H2S) et de méthylmercaptan (CH3SH) et, dans une moindre mesure, de sulfure de diméthyle ((CH3) 2S) [1]. L’hydrogène sulfuré sent les œufs pourris. Quant à l’odeur de méthyl mercaptan, elle a été décrite comme se rapprochant de celle du chou ou de matières fécales pourries. Enfin, l’odeur du sulfure de diméthyle serait plus douceâtre, mais également désagréable. Ces gaz peuvent être présents dans la cavité buccale à de très faibles concentrations. Mais du fait de leur caractère déplaisant et volatil, même une légère augmentation de leur niveau est considérée comme un souci.

L’halitose…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Pathologie

Le bruxisme du sommeil

Le bruxisme du sommeil peut engendrer une pression importante sur les dents et les restaurations, sur le parodonte, et possiblement...
Pathologie

Conduite à tenir chez les patients consultant pour des acouphènes

Les acouphènes correspondent à une expérience sensorielle auditive subjective, caractérisée par la perception de sons de différentes natures (sifflements, bourdonnements…)...
Pathologie

Un malaise vagal survient au cabinet dentaire…

En France, près de 1,2 % des cas de malaises vagaux aboutissent à une prise en charge urgente et 58 % des...
Pathologie

Processus de déminéralisation/reminéralisation – Thérapeutiques de reminéralisation

Ces pathologies, notamment les lésions d’origine non carieuse, sont en forte progression dans les pays industrialisés du fait des habitudes...
Pathologie

Xérostomie ou hyposialie ?

Épidémiologie Les données précises d’incidence et de prévalence des xérostomies dans la population générale française ne sont pas connues. La...
Pathologie

Hypersensibilité dentinaire

Étiologie et facteurs de risque Pour que l’hypersensibilité dentinaire se produise, il doit y avoir une exposition de la dentine...