L’utilisation du laser Er:YAG dans l’éviction carieuse

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 15 mars 2019 (page 13-19)
Information dentaire
L’absorption de l’Er:YAG dans l’eau et dans l’hydroxyapatite en fait un remplaçant potentiel des instruments rotatifs dans les traitements de dentisterie restauratrice. Les études montrent que l’irradiation de l’émail ou de la dentine par ce laser n’affecte pas la vitalité pulpaire et n’est pas un obstacle à l’adhésion des résines composites.
Vidéo associée à la fin de l'article.

La dentisterie restauratrice, et en particulier le traitement des lésions carieuses, représente, une part importante de l’exercice d’un omnipraticien.

Éviction de la carie dentaire

L’éviction des tissus déminéralisés est le premier stade du traitement d’une lésion carieuse qui, rappelons-le, est une maladie infectieuse d’origine bactérienne touchant, d’après l’Organisation mondiale de la santé, presque 100 % de la population adulte mondiale. La carie entraîne la destruction des tissus durs de la dent que sont l’émail, la dentine et le cément.
Le tableau I décrit succinctement la composition de ces différents tissus. On note que ces trois tissus contiennent tous de l’eau à des proportions différentes et qu’ils ont tous trois une phase minérale essentiellement constituée de cristaux d’hydroxyapatite.

Traditionnellement, l’éviction de la carie dentaire se fait par curetage au moyen de fraises en carbure de tungstène refroidies par un spray d’eau pour éviter l’échauffement. Cette méthode, qui a fait ces preuves depuis de nombreuses années, entraîne pour le patient des désagréments essentiellement dus à la pression des instruments et aux vibrations inhérentes au curetage.

Ainsi, l’idée d’utiliser le laser en remplacement des instruments rotatifs est apparue très tôt, dès les années 1960 avec les travaux de Goldman et al. [1] sur le laser à cristal de rubis. C’est le premier laser jamais réalisé. Sa longueur d’onde est de 694,3 nanomètres.

Le diagramme d’absorptions des différents chromophores en fonction de la longueur d’onde (fig. 1) nous apprend que cette fréquence interagit essentiellement avec la mélanine et l’hémoglobine.

Fig. 1 – Diagramme d’absorption des chromophores en fonction de la longueur d’onde.

L’énergie du laser à cristal de rubis est beaucoup plus absorbée en profondeur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Maquillage thérapeutique dans les soins de support en oncologie. Une autre facette du métier d’assistant(e) dentaire

Les patient(e)s présentant des lésions ou des cicatrices faciales secondaires à un traitement oncologique sont affecté(e)s par l’apparence de leur...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 2 : Identifier les aspects cliniques et les diagnostiquer

Introduction Pour mieux comprendre le caractère essentiel du diagnostic précoce, il est important de détailler et comprendre les différents aspects...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurations adhésives partielles dans les secteurs postérieurs

La préservation tissulaire, la limitation des agressions pulpaires et le respect de la biomécanique de la dent sont devenus les...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Traumatologie : différentes prises en charge en fonction de l’âge

Responsable scientifique : Ninon Lebrat Conférencier : Marga Ree, Magali Hernandez, Maxime Drossart, Michel Le Gall Cette conférence interactive organisée...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Diagnostiquer les fêlures, éviter les fractures

Responsable scientifique : Ishai-Yaacov Sitbon Intervenants : Romain Cheron, Dominique Martin Comprendre et diagnostiquer les fêlures Pour introduire cette séance, le Dr...