La chirurgie préprothétique chez l’édenté total : chirurgie des tissus durs

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°21 - 27 mai 2020

6. Hypertrophies tubérositaires verticales et horizontales. Morphologie convexe dans tous les sens dans le secteur 1 et contre-dépouille vestibulaire dans le secteur 2.

Information dentaire
  1. Quelles sont les lésions des tissus durs rencontrées chez l’édenté total ?
  2. Quelles sont les indications de chirurgie correctrice des tissus durs ?
  3. Quelles techniques chirurgicales employer ?

La chirurgie préprothétique des tissus mous concerne surtout les patients édentés appareillés avec des prothèses complètes inadaptées. En revanche, l’indication de la chirurgie préprothétique des tissus durs concerne plutôt des édentés complets récents. Ainsi, lorsque le patient n’a jamais été appareillé, certains aménagements tissulaires permettent d’obtenir des conditions favorables à la pose d’une prothèse amovible complète stable.

L’observation clinique locorégionale met en évidence les facteurs positifs et négatifs pour la réalisation d’une prothèse complète stable, rétentive et favorable au maintien de la pérennité de la surface d’appui. Le traitement prothétique est un acte médical qui, suite au diagnostic, peut poser l’indication d’un traitement préprothétique d’assainissement de la surface d’appui prothétique. L’objectif de cet article est de présenter les indications et les techniques chirurgicales préprothétiques sur les tissus durs.

Impératifs

La chirurgie correctrice préprothétique des tissus durs est une chirurgie soustractive qui vise à corriger les anomalies innées ou acquises pour répondre à deux exigences prothétiques :

• permettre un axe d’insertion prothétique : la prothèse amovible complète doit pouvoir être insérée sans difficultés et sans blesser. Cet axe est fonction du relief des tables externes des crêtes édentées maxillaire et mandibulaire. Cependant il est possible de conserver une contre-dépouille osseuse si celle-ci est compatible avec un axe d’insertion oblique ou en rotation de la prothèse. Cette contre-dépouille est alors exploitée favorablement comme facteur anatomique rétentif pour la prothèse amovible complète.

• déterminer un espace prothétique suffisant pour les plaques bases et le montage des dents prothétiques : l’espace prothétique doit être étudié à la fois dans le sens transversal, frontal et sagittal. Il faut que…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les conséquences du non-remplacement des dents extraites ou absentes

Causes de l’absence dentaire [3, 4] Il existe plusieurs explications à l’absence d’une ou plusieurs dents sur l’arcade : l’agénésie...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prise en charge des complications biomécaniques en prothèse implanto-portée

Le recours à une réhabilitation prothétique par thérapeutique implantaire est, lorsque cela est possible, une solution de choix. L’emploi de...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Apport du concept de puits d’accès angulé en prothèse unitaire transvissée

Afin de répondre à la fois aux impératifs chirurgicaux et prothétiques, il est aujourd’hui acquis que la mise en place...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Extraction implantation temporisation immédiate : une méthode originale

Dans le respect du gradient thérapeutique énoncé par G. Tirlet et JP. Attal en 2009 [1], l’implantologie a logiquement pris...
Prothèse Prothèse fixée

Article réservé à nos abonnés Les différents moyens d’enregistrer la relation maxillo-mandibulaire en prothèse fixée implanto-portée

Une des particularités des prothèses implanto-portées est l’absence de ligament parodontal autour des implants. Les implants sont ankylosés, en contact...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique d’une patiente atteinte d’ostéopétrose

L’ostéopétrose ou « maladie des os de marbre » décrite par Albers-Schönberg en 1904 [1] est une maladie métabolique osseuse autosomique qui...