La couleur des dents naturelles : bases fondamentales

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020 (page 22-32)

2. Schématisation de la triade de la perception colorée définie par la source lumineuse, l’objet et l’observateur.

Information dentaire

Le chirurgien-dentiste est quotidiennement confronté à la problématique de la détermination de la couleur et de sa transmission au laboratoire de prothèse. La compréhension des dimensions colorimétriques des tissus dentaires impose en amont une connaissance des lois physiques qui régissent la perception colorée. L’objectif de cet article est de permettre au praticien d’appréhender correctement et de manière intelligible tous les paramètres de la couleur des dents naturelles, pour mieux réaliser son enregistrement, sa reproduction et si nécessaire sa correction.

La perception de la couleur

Pour comprendre la perception des couleurs, il faut d’abord comprendre les propriétés physiques et les caractéristiques de la lumière. La lumière naturelle est constituée d’un large spectre d’ondes électromagnétiques. Isaac Newton, en 1676, démontre que la lumière du soleil peut se décomposer dans toutes les couleurs du spectre. La lumière blanche nous apparaît « incolore et intangible », elle se compose cependant de vibrations de couleurs distinctes [1]. Bien qu’il y ait eu de nombreuses théories de la vision des couleurs à travers l’histoire, la première théorie moderne a été proposée par Thomas Young, philosophe et scientifique du XIXe siècle, puis développée plus tard par Hermann von Helmholtz. Ces deux scientifiques ont avancé une théorie qui pose les bases du concept moderne de trichromatisme [2]. L’Homme n’est capable de voir que les longueurs d’onde comprises entre 380 et 760 nanomètres. Ce spectre visible stimule les récepteurs de la rétine. En deçà de 380 nm (ultraviolet) et au-dessus de 760 nm (infrarouge), le spectre échappe à la perception de l’œil humain (fig. 1). Toutes les couleurs spectrales visibles peuvent se reconstituer par le mélange de trois bandes spectrales de couleurs dites primaires : rouge (760-620), vert (560- 490) et bleu (490-430). La combinaison de ces trois rayonnements dans des proportions précises conduit à la lumière blanche. Cette association de primaires d’émission lumineuse caractérise la synthèse additive dont le principe s’applique par exemple aux écrans lumineux.

Sans la lumière, pas de couleur ; dans l’obscurité totale, la distinction de couleur n’est pas envisageable. La perception de la couleur d’un objet nécessite ainsi la triade lumière/objet/observateur (fig. 2) [3]. La lumière réfléchie par l’objet pénètre l’œil de l’observateur, stimule les récepteurs rétiniens pour être ensuite reconnue par le cerveau.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...