La dent dyschromiée : approche diagnostique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020

9a-b. Colorations caractéristiques d’une incompatibilité rhésus mère/enfant.

Information dentaire

La dent naturelle est composée de tissus hétérogènes de compositions histologiques et organiques distinctes. L’émail, la jonction amélo-dentinaire, la dentine et la pulpe possèdent des propriétés optiques qui leur sont propres. Notre perception visuelle dépend de l’interaction entre les pigments contenus dans les différents éléments structuraux en présence et la lumière environnante. Celle-ci, lorsqu’elle atteint l’organe dentaire, subit des transformations physiques : l’absorption, la transmission, la réflexion et la réfraction. L’ensemble des mécanismes d’interaction de la lumière avec les tissus dentaires définit un espace colorimétrique donné [1]. Au sein de cet espace colorimétrique CIELAB, la majorité des dents naturelles humaines occupe un volume réduit de forme rhomboïde communément appelé « banane chromatique » [2]. Néanmoins, dans certains cas se distinguant de la norme, la couleur perçue sort de cette enveloppe chromatique, on parle alors de dyschromies dentaires.

Les dyschromies s’expliquent par la perméabilité des tissus dentaires rendant possible des échanges de flux liquidiens (et donc l’incorporation de pigments) lors de leur formation, de leur édification et de leur maturation tout au long de la vie.

Ces incorporations de pigments et les transformations optiques qui en découlent se font à différentes échelles tissulaires. La perception colorée résultante est fonction de la nature du pigment en présence (organique ou inorganique), de sa localisation et de sa densité.

Credo et Maison [3] ont réalisé une classification des dyschromies selon la couleur observée. Il en ressort que les pigments organiques couvrent un spectre coloré allant du jaune au marron brun en passant par les rouges et les verts, alors que les pigments inorganiques auraient plutôt tendance à aller du bleu vers le noir en passant par les gris.

On retrouve fréquemment au sein de la littérature le concept suivant : « La dentine dicte la couleur de la dent et l’émail vient la modifier », mais la réalité est plus complexe. L’objectif de cet article est d’exposer un panorama exhaustif des dyschromies extrinsèques et intrinsèques rencontrées et de mettre en lumière les caractéristiques importantes propres à chacune.

Dyschromies extrinsèques

Les dyschromies externes correspondent à des colorations superficielles induites par des pigments présents dans la salive. Majoritairement situées sur la surface amélaire ou sur des zones où le cément est exposé, ces colorations peuvent, dans de rares situations, affecter l’émail plus en profondeur et, dans certains cas, s’accumuler au niveau de la jonction amélo-dentinaire, allant jusqu’à atteindre le tissu dentinaire sous-jacent. Ce type de dyschromie est généralement induit par des facteurs extérieurs au patient, autrement dit à ses comportements en relation avec la sphère oro-faciale.

Plusieurs classifications des dyschromies extrinsèques ont fait l’objet…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...