La dent dyschromiée : approche diagnostique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020

9a-b. Colorations caractéristiques d’une incompatibilité rhésus mère/enfant.

Information dentaire

La dent naturelle est composée de tissus hétérogènes de compositions histologiques et organiques distinctes. L’émail, la jonction amélo-dentinaire, la dentine et la pulpe possèdent des propriétés optiques qui leur sont propres. Notre perception visuelle dépend de l’interaction entre les pigments contenus dans les différents éléments structuraux en présence et la lumière environnante. Celle-ci, lorsqu’elle atteint l’organe dentaire, subit des transformations physiques : l’absorption, la transmission, la réflexion et la réfraction. L’ensemble des mécanismes d’interaction de la lumière avec les tissus dentaires définit un espace colorimétrique donné [1]. Au sein de cet espace colorimétrique CIELAB, la majorité des dents naturelles humaines occupe un volume réduit de forme rhomboïde communément appelé « banane chromatique » [2]. Néanmoins, dans certains cas se distinguant de la norme, la couleur perçue sort de cette enveloppe chromatique, on parle alors de dyschromies dentaires.

Les dyschromies s’expliquent par la perméabilité des tissus dentaires rendant possible des échanges de flux liquidiens (et donc l’incorporation de pigments) lors de leur formation, de leur édification et de leur maturation tout au long de la vie.

Ces incorporations de pigments et les transformations optiques qui en découlent se font à différentes échelles tissulaires. La perception colorée résultante est fonction de la nature du pigment en présence (organique ou inorganique), de sa localisation et de sa densité.

Credo et Maison [3] ont réalisé une classification des dyschromies selon la couleur observée. Il en ressort que les pigments organiques couvrent un spectre coloré allant du jaune au marron brun en passant par les rouges et les verts, alors que les pigments inorganiques auraient plutôt tendance à aller du bleu vers le noir en passant par les gris.

On retrouve fréquemment au sein de la littérature le concept suivant : « La dentine dicte la couleur de la dent et l’émail vient la modifier », mais la réalité est plus complexe. L’objectif de cet article est d’exposer un panorama exhaustif des dyschromies extrinsèques et intrinsèques rencontrées et de mettre en lumière les caractéristiques importantes propres à chacune.

Dyschromies extrinsèques

Les dyschromies externes correspondent à des colorations superficielles induites par des pigments présents dans la salive. Majoritairement situées sur la surface amélaire ou sur des zones où le cément est exposé, ces colorations peuvent, dans de rares situations, affecter l’émail plus en profondeur et, dans certains cas, s’accumuler au niveau de la jonction amélo-dentinaire, allant jusqu’à atteindre le tissu dentinaire sous-jacent. Ce type de dyschromie est généralement induit par des facteurs extérieurs au patient, autrement dit à ses comportements en relation avec la sphère oro-faciale.

Plusieurs classifications des dyschromies extrinsèques ont fait l’objet…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement de la dent dépulpée : technique interne/externe ou uniquement externe ?

L’éclaircissement de la dent dépulpée est une thérapeutique qui a aujourd’hui plus de 150 ans et qui a connu de très...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Maquillage thérapeutique dans les soins de support en oncologie. Une autre facette du métier d’assistant(e) dentaire

Les patient(e)s présentant des lésions ou des cicatrices faciales secondaires à un traitement oncologique sont affecté(e)s par l’apparence de leur...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 2 : Identifier les aspects cliniques et les diagnostiquer

Introduction Pour mieux comprendre le caractère essentiel du diagnostic précoce, il est important de détailler et comprendre les différents aspects...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement externe et collage des restaurations partielles

Face à la demande esthétique croissante des patients en quête d’un sourire attractif – synonyme d’une bonne intégration psychosociale –, la...
Esthétique Médecine

Article réservé à nos abonnés Les hypominéralisations molaires incisives (MIH) – Partie 1 : mieux les connaître

Introduction Par leur fonction, les assistant(e)s dentaires peuvent être sollicité(e)s pour répondre à des questions en dehors du cabinet dentaire,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les reconstitutions corono-radiculaires à quatre mains

Il existe deux types de reconstitutions en fonction des situations : Les reconstitutions par matériaux insérés en phase plastique (RMIPP), dites...