La prothèse complète implantaire sur coiffes télescopes : ça vous parle ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 15 décembre 2021 (page 384-393)
Information dentaire
  1. Connaissez-vous la prothèse implantaire sur télescopes ?
  2. Peut-on allier confort masticatoire et facilité de nettoyage en prothèse implantaire ?
  3. Quels sont ses avantages ?
  4. Comment la mettre en œuvre ?

Le traitement implantaire de l’édenté total a beaucoup évolué durant ces quarante dernières années. N’oublions pas que le concept d’ostéointégration développé par le Professeur PI Brånemark en 1980 était, au départ, uniquement destiné aux édentés totaux mandibulaires afin de leur redonner une efficacité masticatoire grâce au bridge sur pilotis [1].

Plus tard, lors de la conférence de consensus de l’université de Mac Gill, il a été préconisé de proposer en première intention, à tous les patients édentés mandibulaires, la mise en place de deux implants symphysaires [2]. Enfin, l’ère de l’extraction/implantation immédiate avec mise en charge immédiate est arrivée, ainsi que le développement de la CFAO.

Très vite, la prothèse amovible complète supra-implantaire (PACSI), offrant un complément de rétention à une prothèse complète, a été opposée à la prothèse fixée implanto-portée qui est aujourd’hui le plus souvent transvissée.

Parallèlement à ces deux voies de traitement implantaire de l’édenté complet, le concept Syncone (devenu récemment Conus) offre aux patients les avantages de la PACSI avec quasiment le confort d’un bridge transvissé.

Présentation et historique du concept

En s’inspirant de la prothèse amovible retenue par friction sur piliers télescopiques (très développée en Allemagne), May et Romanos présentent les premiers cas de Syncone dès 2001 [3]. Le concept est assez simple : il s’agit de placer quatre implants à la mandibule et six implants au maxillaire. Des piliers de conicité 4° ou 6° sont mis en place sur ces implants et parallélisés entre eux. Ces piliers sont destinés à supporter une prothèse amovible dont l’intrados contient des coiffes femelles en or (fig. 1).

À la différence de la PACSI, il s’agit d’une prothèse totalement implanto-portée et non muco-portée dont la rétention, la sustentation et la stabilisation sont…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...