La régénération osseuse guidée en implantologie : une approche revisitée après trente ans d’expérience

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°4 - 15 novembre 2023 (page 64-76)
Information dentaire

RÉSUMÉ

Une proportion importante des sites implantés bénéficie désormais d’un geste d’augmentation osseuse. Les protocoles et matériaux sont très variés. L’objectif de cet article est de faire un état des lieux des pratiques et des tendances actuelles.

Remaniements tissulaires post-extractionnels

L’extraction d’une dent déclenche une série de modifications des tissus environnants [1]. Il existe un affaissement du volume osseux dans les sens vertical et transversal ; simultanément, la muqueuse kératinisée en regard du site d’extraction s’affine [2]. D’un point de vue cinétique, le remodelage serait rapide dans les 3 à 6 premiers mois suivant l’extraction puis son rythme ralentirait [3]. Six mois après l’extraction, le volume osseux aurait perdu entre un et deux tiers de son épaisseur et de 10 à 20 % de sa hauteur [3]. En valeurs absolues, ces changements atteignent plusieurs millimètres [4]. D’un point de vue topographique, le remodelage est asymétrique. La table vestibulaire se résorbe plus que son homologue linguale ou palatine, vraisemblablement en raison de son extrême finesse [5, 6, 7].

Régénération osseuse guidée

Le concept de régénération osseuse guidée (ROG) est issu des travaux de Nyman en parodontologie [8] et Dahlin [9]. Le principe est d’utiliser une barrière physique pour séparer les tissus mous de la zone du défaut osseux. En effet, le tissu osseux se reconstitue beaucoup plus lentement que les tissus de recouvrement. Il s’agit ainsi de se prémunir du risque de colonisation du défaut par les cellules épithéliales et conjonctives le temps de l’ostéogénèse dans le défaut [7].

La définition retenue dans cet article est celle du consensus de Bologne [10] : « Toute technique chirurgicale impliquant l’application d’une membrane résorbable ou non et d’os particulaire est considérée comme une technique de régénération osseuse guidée (ROG). »

Ainsi, il est possible…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie

Article réservé à nos abonnés Traitement d’une péri-implantite et son suivi : est-ce réellement aussi simple ?

Le patient 54 ans Parodontite traitée en 2015 stabilisée, puis plusieurs épisodes d’activation sur les dernières années Prise en charge...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Couple d’insertion élevé et péri-implantite

Le lien possible entre un couple d’insertion élevé et le déclenchement ultérieur d’une péri-implantite est parfois évoqué en conférence (Choukroun...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés Os reconstruit et implant : une liaison dangereuse ?

La péri-implantite trouve-t-elle la même expression dans l’os reconstruit et dans l’os natif ? L’interface os reconstruit/implant est dépendante de...
Implantologie

Article réservé à nos abonnés La réostéointégration de l’implant est-elle possible ?

Les études animales Elles sont regroupées dans deux revues systématiques de la littérature. La première [1] est proposée par le...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Une stratégie « zéro péri-implantite » est-elle possible ?
Hiérarchiser et intégrer les facteurs de risque pour réduire les complications biologiques en implantologie

Introduction Il convient donc à ce stade de faire une première clarification entre une perte osseuse péri-implantaire « initiale » associée à...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le point sur l’implantoplastie

L’implantoplastie est techniquement difficile car, pour être effectuée de façon satisfaisante, elle requiert la dépose de la prothèse. Ce démontage...