La trousse d’urgence au cabinet dentaire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°3 - 15 juin 2020 (page 14-17)
Information dentaire

Afin d’assurer la sécurité de ses patients, chaque praticien doit être capable de mettre en place une thérapeutique médicamenteuse dans l’attente des secours. Cela implique que chaque cabinet dentaire dispose des matériels et médicaments nécessaires.

En juillet 2008, le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes édite dans sa lettre mensuelle des recommandations quant à la possession d’un matériel d’urgence au cabinet dentaire [1]. Il stipule que : « Le chirurgien-dentiste doit exercer en assurant la sécurité de ses patients (article R4127-204 du Code de la santé publique [2]). S’il emploie du personnel, il doit, au titre du Code du travail, être capable de parer aux accidents courants. Par conséquent, il est obligatoire de posséder une trousse d’urgence au cabinet dentaire ».

La trousse d’urgence est donc sous la responsabilité du chirurgien-dentiste, mais elle peut être contrôlée et réapprovisionnée par l’assistant(e) dentaire. Elle est accompagnée pour cela d’un carnet qui doit être tenu à jour. Il n’existe pas d’indications précises quant au contenu type d’une telle trousse ; toutefois, on peut en établir une liste non exhaustive.

La trousse d’urgence au cabinet dentaire

Le matériel de réanimation doit être aisément accessible. Il comprend :

– une bouteille d’oxygène (fig. 1) ;

– un masque à haute concentration et un ballon autoremplisseur à valve unidirectionnelle (BAVU) (fig. 2 à 4) ;

– un appareil de mesure automatisée de la pression artérielle (tensiomètre) ;

– un lecteur de glycémie ;

– un oxymètre de pouls ;

– un défibrillateur automatisé externe (DAE) (optionnel).

Les embouts, masques et canules du distributeur d’oxygène sont stockés et maintenus stériles.

La trousse de médicaments doit permettre de prendre en charge les principales situations d’urgence médicale au cabinet dentaire. Le plus souvent, l’utilisation des médicaments est subordonnée par le médecin régulateur du SAMU.

Elle comprend :

– un corticoïde anti-inflammatoire d’urgence type Célestène® (Bétaméthasone) ;

– un bronchodilatateur type Ventoline® (Salbutamol) ;

– un tonicardiaque type Atropine…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...