Le fluor en questions

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 15 mars 2024 (page 13-22)
Information dentaire
À partir de quatre questions principales, en se basant sur la littérature récente et sur les dernières recommandations nationales et internationales, l’objectif des auteurs est : 1) d’apporter des réponses aux praticiens pour faire face aux questions et inquiétudes des patients et de leur entourage ; 2) d’aider les praticiens dans leur action de conseil, de prescription ainsi que dans leurs actes de prévention et de soins impliquant le fluor sous de nombreuses formes.

Parler du fluor n’est pas si simple. En raison de sa haute réactivité, il n’existe pas sous forme isolée et l’on ne devrait parler que de fluorures. En parler est souvent synonyme d’opposition (systémique vs topique, cario-protection vs fluorose), voire de polémique (protecteur vs dangereux). Ces controverses trouvent leur large place dans le débat public, notamment sur internet. Ceci provoque des incompréhensions ou des oppositions de la part de nos patients, dont certains ne veulent que du dentifrice sans fluor et/ou « fait à la maison ». D’où l’idée de partir de quatre questions principales et de tenter d’apporter des réponses en se basant sur la littérature récente et sur les dernières recommandations nationales [1, 2] et internationales [3-6].

Le fluor, comment ça fonctionne ?

En odontologie, nous utilisons des fluorures inorganiques et organiques [7]. Les fluorures inorganiques comprennent les fluorures de sodium (NaF), d’étain (SnF2), de calcium (CaF2), le monofluorophosphate de sodium (MFP) et le fluorophosphate acidulé (APF). Deux fluorures organiques, fluorures d’amines (AmF), sont disponibles actuellement : Olafluor (Elmex ; Colgate) et Fluorinol (Elgydium ; Pierre Fabre Oral Care). Tous ces fluorures agissent avant l’éruption des dents, pendant la formation de l’émail et de la dentine, et après l’éruption.

Fluor et phase pré-éruptive (couronne en formation)

Quels que soient la source et le type de fluor ingéré, les fluorures vont essentiellement aller vers les tissus osseux qui sont la principale zone de concentration du fluor. Dans une dent en formation, les ions F- vont remplacer une très petite partie des ions OH- retrouvés dans les molécules d’hydroxyapatite. Au total, les cristaux de fluoroapatite ou fluorohydroxyapatite représentent moins de 4 % des cristaux d’apatite totaux, essentiellement dans la couche externe de l’émail [7, 8]. Leur action ne peut donc se situer qu’au niveau…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible complète pédiatrique : réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un jeune patient âgé de 5 ans se présente en consultation d’odontologie pédiatrique avec, comme seul antécédent médical connu, la...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Anomalies de structure : mieux diagnostiquer pour mieux traiter

Le diagnostic précoce et la prise en charge adéquate des anomalies de structure est un challenge que tout chirurgien-dentiste est...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Maintien de l’espace : quand et comment ?

Tableau 1. Malocclusions rencontrées dans les trois sens de l’espace à la suite de la perte prématurée d’une ou plusieurs DT...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Luxations des dents permanentes immatures : gestion de l’urgence

Lors d’une luxation des dents permanentes immatures, ce sont les incisives maxillaires qui sont le plus souvent concernées [2]. Ces...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Regards croisés sur l’extraction des premières molaires permanentes atteintes d’Hypominéralisation Molaire-Incisive (MIH)

L’acronyme MIH désigne l’Hypominéralisation Molaire-Incisive, une anomalie qualitative de l’émail dentaire, touchant une à quatre premières molaires permanentes (PMP) et...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge pharmacologique de la douleur chez l’enfant

En 2020, l’International Association for the Study of Pain (IASP) a reformulé la définition de la douleur. Celle-ci est désormais...