Le maquillage des restaurations directes dans le secteur postérieur

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°19 - 15 mai 2019
Information dentaire
Les matériaux composites offrent de nombreuses possibilités pour restaurer avec succès les pertes de substance en appliquant un protocole simple de stratification pour les cavités de classe I et II.
L’étape finale du maquillage donne du relief à la restauration et permet sa meilleure intégration en bouche.

Rappel sur les étapes de stratification

La réalisation de la cavité et l’éviction du tissu carieux se font sous champ opératoire car cela offre un meilleur accès visuel et une isolation optimale pour le montage du composite. Une isolation sur plusieurs dents permet d’avoir des repères pour mieux reproduire la morphologie occlusale ainsi que sa caractérisation.

Une fois les bords polis et l’application du système adhésif faite, une fine couche de composite fluide est mise en place sur le fond de la cavité et dans les éventuelles contre-dépouilles des parois, permettant de masquer des colorations pouvant altérer le résultat esthétique final et réduire la contraction à la polymérisation (permet de réduire le facteur C qui, lorsqu’il est élevé, peut compromettre la qualité de la restauration).

Une ou deux couches de composite teinte dentine, un peu plus soutenue que celle de la dent naturelle, sont ensuite mises en place, suivant la profondeur de la cavité, par stratification horizontale en remontant légèrement vers les bords avec un fouloir arrondi. Les apports de dentine sont de 2 mm d’épaisseur.

La stratification de la partie occlusale de la restauration se fait cuspide par cuspide avec un composite teinte émail ou universelle à l’aide de petites boulettes apportées successivement et sculptées au pinceau en s’appuyant sur les parties résiduelles de la face occlusale.
La photopolymérisation se fait au fur et à mesure, cuspide par cuspide, de façon à prendre appui sur la précédente pour le montage de la suivante.

Étape du maquillage

Avant la pose du champ opératoire, la couleur du colorant la plus appropriée est sélectionnée en observant les dents adjacentes et controlatérales.
Les fabricants offrent une gamme de teintes assez large afin de pouvoir répondre aux diverses situations cliniques rencontrées (fig. 1).

1. Exemple de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés La pluridisciplinarité au cœur de la gestion thérapeutique des réhabilitations esthétiques

Écouter, observer et… savoir dire non La première étape consiste, avant toutes choses, à écouter le patient afin de pouvoir...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Érosion/infiltration Les clefs de la réussite par une bonne validation de l’accès à la lésion

La procédure d’érosion/infiltration est une thérapeutique connue et abondamment décrite dans la littérature [2, 3]. Il s’agissait au départ de...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Préparation idéale de facette adaptée au cas par cas

Objectif technique Pouvoir assurer la conception des facettes en céramique plurales ou unitaires, quelle que soit la nature du matériau...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Zircone et polissage

Questions… 1.  Existe-t-il plusieurs types de zircone avec différentes propriétés mécaniques ou optiques influençant les indications thérapeutiques ? 2. Les...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Lumière sur les différents types d’éclaircissements dentaires

Quelles sont les étiologies des dyschromies dentaires ? Avant tout traitement, il convient de déterminer l’étiologie des colorations dentaires. Selon leur...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Le gradient thérapeutique

Les facettes Les premières facettes en céramique furent posées par Charles Pincus dans les années 1930, afin d’améliorer le sourire...