Le relevé de la couleur à visée restauratrice directe

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°41 - 25 novembre 2020 (page 94-110)

3. Synthèse des paramètres colorimétriques majeurs en dentisterie restauratrice directe.

Information dentaire

Lors de la mise en œuvre d’une restauration directe en résine composite, le relevé de la couleur reste une étape difficile et sa reproduction est bien trop souvent source de frustration pour le chirurgien-dentiste. La couleur dentaire peut s’avérer complexe et sa fidèle reproduction implique d’une part la bonne compréhension de celle-ci par le praticien, mais aussi l’utilisation de méthodes pertinentes pour y parvenir. Il est primordial de rappeler quels paramètres de la couleurdentaire nous sommes en mesure d’imiter avec les résines composites.

Cet article a pour objectif de démystifier les erreurs imputables aux outils classiques que sont les teintiers et, surtout, de proposer un certain nombre de mesures pour les éviter.

Paramètre de la couleur dentaire et corrélation incrémentale

Le succès colorimétrique dans les restaurations directes se révèle un véritable challenge au quotidien. Même une différence de couleur minime peut être perçue par les patients et être à l’origine d’un mécontentement nous contraignant à la reprise de notre traitement [1, 2].

Deux axes de connaissance sont indispensables aux praticiens pour pouvoir prétendre relever la couleur dentaire puis la reproduire à l’aide des résines composites :

– comprendre les paramètres régissant la couleur dentaire naturelle ;

– connaître les moyens de les simuler à travers les différents types de résines contenus dans les kits de résines composites.

Même s’il existe de nombreuses méthodes de stratification des résines composites, la plus communément adoptée reste la stratification naturelle tridimensionnelle [3]. Elle repose sur une distribution incrémentale de résine analogue au modèle histo-anatomique [4, 5] (une coque de résine amélaire remplaçant l’émail et en son cœur l’apport de masses dentinaires en désaturation du collet vers le bord libre remplaçant la dentine) (fig. 1) [6, 7].

En s’appuyant sur le modèle Teinte-Saturation-Luminosité de Munsell, on peut relier les paramètres régissant la couleur dentaire aux résines censées les imiter [8].

La teinte n’intervient pas dans le choix des masses incrémentales par le praticien : en effet l’ensemble des firmes industrielles développent des systèmes de résine composite possédant une base chromatique dentinaire quasi-identique, contenue dans la plage jaune orangée, comme la dent naturelle.

La saturation, ou quantité de pigments, est principalement dictée par la dentine, elle sera donc logiquement simulée par le choix de la ou des masses incrémentales dentinaires de résine composite.

La luminosité (quantité de gris au sein de la couleur)…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...