Le souffle, le milieu buccal, miroirs des territoires traversés

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°5 - 7 février 2024 (page 24-29)
Information dentaire
Le souffle en tant que flux d’air exhalé reflète les états physiologiques et pathologiques des segments et cavités traversés. Le fluide oral, résultante de tous les éléments issus de ces territoires, pourra enrichir l’air expiré. Le souffle est ainsi susceptible de devenir vecteur d’agents potentiellement délétères pour le proche environnement du sujet émetteur, sous forme de composés volatils ou de bio-aérosols. Mais le souffle véhicule aussi de très nombreux composés volatils, perceptibles ou non, de très grande valeur diagnostique.

Segments et cavités traversés (fig. 1)

Le tractus trachéo-broncho-pulmonaire

Le souffle est généré naturellement par les poumons en tant que flux expiratoire du CO2, récupéré dans le sang capillaire au niveau des alvéoles pulmonaires et des gaz non passés dans le sang (azote, CO2 …). Les voies aériennes inférieures, dites respiratoires, conduisent ce gaz vers les voies aériennes supérieures (bronchioles, bronches, trachée) avant de rejoindre le carrefour aéro-digestif puis les cavités buccale et nasale. Mais il existe bien entendu un flux inspiratoire (10 à 12 000 l par 24 heures) qui véhicule l’air ambiant, garant de l’apport indispensable en oxygène. L’air ambiant peut contenir de très nombreuses particules (jusqu’à 100 milliards) potentiellement toxiques, des micro-organismes, des gaz nocifs. Afin de se protéger de ces éléments agressifs, les voies aériennes sécrètent par leurs cellules caliciformes de surface et leurs cellules des glandes muqueuses sous-jacentes un hydrogel extracellulaire, le mucus [4]. Celui-ci est constitué d’eau (97 %), de lipides, de sels minéraux et majoritairement de glycoprotéines muqueuses hautement glycosylées, MUC5B et MUC5AC (mucines) ; d’autres mucines (MUC1, MUC4, MUC16 et MUC20) restent liées aux cils tapissant les voies aériennes. Le mucus sécrété piège les particules et les micro-organismes et dissout les gaz nocifs [11].

Ce mucus chargé en éléments potentiellement nocifs doit être évacué vers les voies aériennes supérieures. Deux mécanismes y concourent. D’une part le battement (à 8 à 15 Hz) des cils (200 cils par cellule ciliée), qui entraîne le mucus vers le haut : on parle de transport mucociliaire [3]. D’autre part, le transport par le flux expiratoire qui se déclenche dès que la vélocité du courant d’air dépasse 1 m/s. Ces deux mécanismes induisent une migration vers le carrefour aérodigestif du mucus et de ses contaminants…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Préserver le SOUFFLE de vie NASAL de l’enfant

Le mode de ventilation physiologique est considéré comme étant nasal durant toute la vie. Le passage de l’air par l’étage...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment les troubles respiratoires du sommeil peuvent impacter la santé orale

Les troubles du sommeil en relation avec la respiration Dans la récente révision de la Classification internationale des troubles du sommeil établie...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Halitose

Qu’est-ce que l’halitose ? L’halitose est une odeur désagréable dans l’air expiré dont l’intensité dépasse un niveau socialement acceptable et...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Reprendre son souffle ! La respiration et le stress

Souffle ou soupir Le soupir peut être considéré comme un signe de tristesse, de soulagement ou d’épuisement. Dans une étude parue...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Prise en charge du patient fibromyalgique au cabinet dentaire

La fibromyalgie est un trouble neurosensoriel caractérisé principalement par une douleur chronique généralisée. Toutes les parties du corps peuvent être...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Trichomonas tenax

RÉSUMÉ Trichomonas tenax est un parasite anaérobie présent dans la cavité buccale de l’Homme, mais aussi de certains animaux de...