Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2019 (page 170-172)
Information dentaire

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti, Rafael, Egon Schiele, Modigliani et Basquiat. Le beau varie ainsi avec les époques et les courants de pensée ; le sourire suit ces variations, et le désir de l’Homme avec.
Mais atteindre un idéal, si tant est que cela soit possible, n’est pas souhaitable, au risque de sacrifier l’émotion sur l’autel de la technologie.

L’idéal classique est parfaitement illustré par la sculpture Hermès portant Dionysos enfant (fig. 1) et le chef-d’œuvre Perle de Modène (fig. 2). Si l’on se limite à l’observation des visages, on constate que la perfection des traits découle du respect absolu des normes de leurs époques, définies par la philosophie grecque pour le premier et par les canons des représentations religieuses pour le second. Mais peut-on pour autant appliquer cet idéal à tout le genre humain ? Non, bien sûr, l’uniformité qui s’ensuivrait serait ennuyeuse.

Rodin s’en est affranchi, pour magnifier l’expression avec le bronze monumental Andrieu d’Andres (fig. 3) ; Giacometti, à un degré plus avancé, avec la silhouette caricaturale de L’Homme qui chavire (fig. 4) mettant en exergue le ressenti de la fragilité de l’homme face aux événements de la vie. L’évolution de la peinture à travers les époques nous montre un même processus ; l’Autoportrait d’Egon Schiele (fig. 5), tout en aplat, La Belle Romaine de Modigliani (fig. 6), fascinante par le rendu de sa carnation en opposition avec la puissance de son regard, sont bien loin des concepts du beau traditionnel, et donc de l’idéal illustré plus avant.

Que dire alors de Basquiat, avec sa peinture de l’urgence, comme s’il pressentait sa courte existence ? Obnoxius Liberals a la beauté de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Évolutions dans le traitement des pertes de substance majeures des dents du secteur postérieur

En dentisterie restauratrice, la tendance actuelle est, dans la mesure du possible, de « copier la dent naturelle grâce aux restaurations...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Reconstructions esthétiques unitaires périphériques des dents antérieures : les céramiques d’hier et d’aujourd’hui

La reconstruction des dents antérieures délabrées fait depuis bien longtemps appel à la céramique. En effet, avant même les années...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Composites stratifiés et composites injectés : deux philosophies complémentaires

L’injection de composite est une nouvelle approche en restauration directe permise par l’évolution des matériaux. Elle vient compléter l’arsenal thérapeutique...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Donnons une chance à nos restaurations directes en composite !

La dentisterie minimalement invasive au service de l’esthétique Les moyens d’interception et de prévention de la maladie carieuse, ainsi que le...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Fermeture de triangles noirs par résine composite en technique directe

Si les techniques de reconstruction papillaire présentent des résultats non prédictibles, les facettes céramiques peuvent être une réponse fiable au...
CFAO Esthétique

Article réservé à nos abonnés La mise en esthétique immédiate 100 % numérique

Il est souvent difficile d’intégrer une mise en charge immédiate au laboratoire. En effet, ce travail est particulièrement chronophage. Il...