Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2019 (page 170-172)
Information dentaire

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti, Rafael, Egon Schiele, Modigliani et Basquiat. Le beau varie ainsi avec les époques et les courants de pensée ; le sourire suit ces variations, et le désir de l’Homme avec.
Mais atteindre un idéal, si tant est que cela soit possible, n’est pas souhaitable, au risque de sacrifier l’émotion sur l’autel de la technologie.

L’idéal classique est parfaitement illustré par la sculpture Hermès portant Dionysos enfant (fig. 1) et le chef-d’œuvre Perle de Modène (fig. 2). Si l’on se limite à l’observation des visages, on constate que la perfection des traits découle du respect absolu des normes de leurs époques, définies par la philosophie grecque pour le premier et par les canons des représentations religieuses pour le second. Mais peut-on pour autant appliquer cet idéal à tout le genre humain ? Non, bien sûr, l’uniformité qui s’ensuivrait serait ennuyeuse.

Rodin s’en est affranchi, pour magnifier l’expression avec le bronze monumental Andrieu d’Andres (fig. 3) ; Giacometti, à un degré plus avancé, avec la silhouette caricaturale de L’Homme qui chavire (fig. 4) mettant en exergue le ressenti de la fragilité de l’homme face aux événements de la vie. L’évolution de la peinture à travers les époques nous montre un même processus ; l’Autoportrait d’Egon Schiele (fig. 5), tout en aplat, La Belle Romaine de Modigliani (fig. 6), fascinante par le rendu de sa carnation en opposition avec la puissance de son regard, sont bien loin des concepts du beau traditionnel, et donc de l’idéal illustré plus avant.

Que dire alors de Basquiat, avec sa peinture de l’urgence, comme s’il pressentait sa courte existence ? Obnoxius Liberals a la beauté de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

3 erreurs à éviter pour débuter en stratification… et leurs solutions

Erreur 1 : biseau ou congé insuffisant Lorsqu’un patient se présente en consultation pour la restauration d’une incisive fracturée, nous...
Esthétique

Le projet esthétique 3D : la voie du futur

La photographie permet, depuis quelques années, de développer la planification d’un projet esthétique en deux dimensions (voir l’article précédent). L’analyse...
Esthétique

Restauration prothétique fixée dans l’enfance : les couronnes pédiatriques en zircone

Les anomalies de structure des dents temporaires se manifestent par des atteintes très diverses : des anomalies de teinte, de morphologie,...
Esthétique

Recouvrement antérieur et abrasions sévères : traitement par prothèse composite

Il est intéressant et enrichissant de pouvoir suivre des patients sur plusieurs années. La confiance et la fidélité réciproques échangées...
Esthétique

Le veneerlay : une RECC indispensable dans le traitement des usures/érosions avancées

Le terme veneerlay est une combinaison des termes anglo-saxons veneer et overlay. Difficilement traduisible en français, il caractérise une Restauration...
Esthétique

Temps par temps d’un traitement antérieur par érosion/infiltration

1. Rappels sur la technique d’érosion infiltration Le diagnostic initial de la lésion amélaire (fluorose, hypominéralisation molaires incisives (MIH), lésion...