Les amalgames dentaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019 (page 16-20)

almagames - © Michel Bartala

Information dentaire

L’amalgame est le plus ancien matériau de restauration coronaire, il a près de 200 ans. Cependant, il a toujours soulevé la polémique : en raison du mercure qu’il contient (près de 50 %), on lui reproche une toxicité systémique pour le patient, ainsi que pour l’équipe médicale exposée constamment à la vapeur mercurielle libérée lors des étapes de trituration, condensation, finition et dépose.

Par ailleurs, la manipulation d’un produit aussi polluant que le mercure conduit à s’interroger sur l’impact des déchets de l’amalgame dentaire sur l’environnement.

Le but de cet article est d’éclairer sur les effets potentiellement néfastes de ce matériau sur le patient, l’équipe médicale et l’environnement,et sur les précautions à prendre lors de son utilisation afin de limiter ces risques.

Quels risques pour le patient, les professionnels de santé et l’environnement ?

L’amalgame est le matériau de restauration coronaire qui présente le plus de recul clinique et reste, à l’heure actuelle, le matériau d’obturation le moins cher et le plus performant dans certaines indications. Notons qu’en France, le règlement 2017/852 du 17 mai 2017 relatif au mercure a imposé, à compter du 1er juillet 2018, l’interdiction de l’utilisation d’amalgames dentaires chez les moins de 15 ans, les femmes enceintes et celles qui allaitent. De plus, depuis le 1er janvier 2019, l’amalgame ne doit être utilisé que sous forme encapsulée prédosée, comme le recommande la convention de Minamata.

Les amalgames contiennent près de 50 % de mercure, qui a la capacité unique de dissoudre ou de ramollir un grand nombre d’autres métaux à température ambiante, mais est aussi à l’origine d’une toxicité systémique pour le patient et le praticien, et a des répercussions négatives sur l’environnement.

Le mercure

Le mercure (Hg) est utilisé depuis des millénaires dans de nombreuses applications, principalement l’exploitation minière [1]. Il peut se présenter sous différentes formes :

  • le mercure élémentaire ou métallique (Hg°) : son apport quotidien par l’air atmosphérique est estimé à 50 ng/jour. Les normes d’exposition définies par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont respectivement inférieures à 50 et 25 μg/m3 [2] ;
  • les sels inorganiques de mercure (Hg++) : composés oxydés du mercure, ils sont générés par des phénomènes de corrosion. L’apport quotidien chez les porteurs d’amalgames est estimé à 2 à 3 μg/jour [2] ;
  • les composés organo-mercuriels : ils sont retrouvés dans l’alimentation, en particulier les poissons et produits marins [2, 3]. Pour les poissons, l’apport moyen est de l’ordre de 100 à 200 μg/kg [2].

Toutes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets du sel sur la santé : évidences et controverses

Les relations entre le sel et la santé sont ambivalentes, comme souvent en nutrition. Le sodium, cation du chlorure de...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Effets des politiques de santé publique sur l’intérêt porté aux cancers oraux par la population européenne

Santé Publique Orale Bien que sa désignation soit entrée de façon aussi soudaine et intense qu’inattendue dans le langage usuel...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Reconnaître un avc au cabinet dentaire

La survenue d’un AVC constitue une véritable urgence. La connaissance des premiers signes permet de réagir au plus vite car...
Santé publique

Article réservé à nos abonnés Connaissances, attitudes et pratiques de la tabacologie chez les chirurgiens-dentistes en France

Le tabac est la première cause de décès évitable en France : 78 000 décès par an sont imputables à des pathologies...