L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019

9,00

UGS : ID A01934 Catégorie :
Feuilleter les premières pages

Description

 

ÉditorialAttention, toxique…
Michèle Reners

Revue de presse – Mesures d’hygiène et prothèses amovibles en résine –   Lire >>
Pascal De March
Presse médicale spécialisée – Philippe Léonard

Actualité hebdo

Nicolas Fontenelle

Se Former

Les amalgames dentaires.

Quels risques pour le patient, les professionnels de santé et l’environnement ? Lire >
Rachida Mayou, Hind Amarir, Amal El Ouazzani, Malika Karami

Quiz

Préparations contemporaines pour overlay. Lire >
Gil Tirlet

Implantologie

Traitement du maxillaire fortement résorbé à l’aide d’implants transzygomatiques. A propos d’un cas. Lire >
Jean-Baptiste Verdino, Harmik Minassian, Marjorie Muret, Nicolas Renou,
Sepehr Zarrine, Mauréèn Thiel, Jean-Michel Moa

Pratiquer

Éthique

Sommes-nous des chirurgiens-dentistes « esthétiques » ?
Philippe Pirnay

Fiscalité

Loi PACTE : les principales mesures relatives aux petites entreprises
Bernard Fabrega

Art

Le Modèle Noir : l’exposition du Musée d’Orsay poursuit sa route en Guadeloupe
Thierry Leroux


Edito

Attention, toxique…

La liste des substances considérées comme toxiques s’allonge régulièrement, incluant parfois des matériaux que nous utilisons sans précautions particulières depuis de nombreuses années.
Bien sûr, l’amalgame dentaire est le premier exemple auquel nous pensons puisque nous sommes directement concernés. Quelle chance de vivre à notre époque, d’être ainsi avertis et conscients des problèmes que le mercure peut engendrer et de connaître les moyens de s’en préserver. Une chance que nous mesurons pleinement à la lecture de l’article du Dr Mayou qui fait le point sur les risques réels de l’amalgame pour le patient, les professionnels de santé et l’environnement. En effet, l’impact écologique de ce matériau n’est pas anodin et, malheureusement, les normes auxquelles nous sommes soumis en matière de protection de l’environnement ne s’appliquent pas à tous les pays.

Ayons aussi une pensée émue pour tous nos prédécesseurs qui ont manipulé ces « plombages » sans aucune crainte, persuadés qu’ils proposaient le meilleur traitement à leurs patients.
Autre toxique désormais régulièrement incriminé : le sucre. Il s’agit pour nous d’une évidence : sucre = carie. Mais cela va bien plus loin, et les autres professionnels de santé réalisent tous les dégâts qu’il peut provoquer : diminuer sa consommation est devenu un enjeu de santé publique. Et il y a du chemin à parcourir, puisque nous n’en avons jamais consommé autant. C’est qu’il se cache partout (viande, vinaigrette, potages…) !

L’explication de cette omniprésence ? Sa capacité à améliorer la saveur des aliments, surtout lorsque les produits de base sont de mauvaise qualité. En moins d’un siècle, la consommation de sucre a explosé en France, passant de 5 à 35 kg par an et par habitant. Certains considèrent les sucreries comme une source de réconfort. La faute à nos ancêtres ! Nous avons conservé les gènes d’appétence aux sucres. De plus, les produits sucrés déclenchent dans notre cerveau le circuit de la récompense. Plus on mange sucré, plus on a envie de manger sucré… Mais rassurez-vous, ça fonctionne également en sens inverse ! Cependant, il reste le carburant principal de l’organisme. Quant à savoir sous quelle forme le prendre, ça se complique, car la notion de sucres lents et sucres rapides semble dépassée.

La liste des « nouveaux » toxiques est encore longue : le soleil sous lequel nous nous laissions bronzer sans crainte, la cigarette qui était le must de l’élégance à une époque…
Et que nous réserve l’avenir ? Mangera-t-on encore de la viande, continuerons-nous à nous servir de plastique, les téléphones portables seront-ils remplacés, aurons-nous toujours la liberté d’avoir une voiture individuelle ?

Alors, avant que d’autres substances toxiques soient « découvertes », profitez de ce qui vous fait plaisir et vous facilite la vie, car c’est au moins bon pour votre moral. Et en cette période où les jours raccourcissent, où le vent se fait plus frais et les feuilles jaunissent, cela fait du bien de vivre l’instant présent sans trop penser au lendemain. Heureusement que les vertus du chocolat noir (belge bien sûr) ont été découvertes !

Michèle Reners, Rédactrice en chef