Préparations contemporaines pour overlays

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019 (page 23-27)
Information dentaire

Les overlays (céramique et composite) sont devenus en quelques années un véritable référentiel en termes de restaurations partielles postérieures. Ils sont même les successeurs contemporains de la couronne périphérique dans bon nombre de situations, que ce soit sur dent pulpée présentant un délabrement coronaire important ou sur dent dépulpée pour laquelle le recours au recouvrement de la totalité de la face occlusale est souvent jugé plus indiqué (fig. 1 à 4).

Leurs indications cliniques sont particulièrement fréquentes dans les contextes d’usure érosive pour lesquels il est souvent nécessaire d’augmenter la dimension verticale d’occlusion (DVO) afin d’ouvrir l’espace anatomique antérieur (fig. 5 et 6). Leur dénomination, qui dépend de leur niveau de recouvrement, varie du table top (fig. 7) au veneerlay (recouvrement des faces occlusale et vestibulaire sur de faibles épaisseurs et en intra-amélaire) (fig. 8 et 9). Mais leur indication est aussi posée sur les dents fissurées (« craked tooth syndrome »), dans les cas de dents présentant une fragilisation cuspidienne ou encore en présence d’une dent postérieure en infraposition occlusale.

à ces restaurations correspond aujourd’hui toute une série de nouveaux design postérieurs permettant une ultra-préservation tissulaire et pouvant s’inscrire, en fonction des situations cliniques, dans l’émail (situation idéale), dans la dentine, dans le composite de base intermédiaire, ou un « mix » de ces différents supports (fig. 10 à 13).

Les épaisseurs de préparation varient donc selon la nature  du support. De 0,6 à 1 mm d’épaisseur sur l’émail jusqu’à 1,5 mm sur la dentine ou le composite afin d’être en adéquation avec les modules d’élasticité des matériaux de restauration utilisés (céramique ou composite).

 

Questions…

Question…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Biomatériaux Odontologie restauratrice

Inlays, onlays, overlays du direct à l’indirect : comment définir l’indication ?

Ce premier article fait le point sur les indications de ces restaurations car, si nous n’hésitons pas à réaliser des...
Biomatériaux Odontologie restauratrice Parodontologie

Ingénierie tissulaire en odontologie

Les biomatériaux de régénération osseuse sont utilisés en chirurgie implantaire (préservation d’alvéole, chirurgie sinusienne, traitement des péri-implantites), en chirurgie préprothétique...
Esthétique Odontologie restauratrice

L’utilisation du laser Er:YAG dans l’éviction carieuse

La dentisterie restauratrice, et en particulier le traitement des lésions carieuses, représente, une part importante de l’exercice d’un omnipraticien. Éviction...
Odontologie restauratrice

Restaurations postérieures indirectes en composite – Partie I

Le choix et l’utilisation d’un matériau de restauration doivent permettre l‘application des concepts de base de la dentisterie contemporaine, qui...
Odontologie restauratrice

Restaurations postérieures indirectes en composite – Partie II

Quel que soit le matériau sélectionné pour réaliser une restauration partielle indirecte en composite, la procédure clinique reste la même...
Odontologie restauratrice

Approche moderne des larges restaurations composites MOD dans les secteurs postérieurs

L’évolution de la dentisterie adhésive au cours de ces dernières années a permis aux restaurations composites de supplanter progressivement l’amalgame...