Les amélogenèses et dentinogenèses imparfaites : classifications clinico-moléculaires, aspects histologiques, cliniques et radiologiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 15 juin 2019 (page 105-110)
Information dentaire
Les amélogenèses et dentinogenèses imparfaites sont des anomalies rares de structure affectant respectivement l’émail et la dentine. Ces pathologies ont une origine génétique, caractérisée par une grande variabilité d’expression phénotypique, ce qui peut rendre le diagnostic difficile. Un certain nombre d’éléments – les antécédents familiaux, l’analyse de ségrégation, l’expression clinique et radiographique – vont cependant orienter notre diagnostic positif et différentiel.
Amélogenèses et dentinogenèses imparfaites constituent une réelle gêne fonctionnelle, esthétique et sociale pour les patients qui en sont atteints. Plus le diagnostic est posé précocement, plus le patient peut bénéficier d’une prise en charge adaptée, évolutive et meilleur sera le pronostic. L’objectif de cet article est de résumer les principales caractéristiques de chacune de ces pathologies, afin que tout omnipraticien puisse les diagnostiquer et les adresser vers des centres de référence de compétence adaptés.

Une pathologie est dite rare lorsqu’elle affecte moins d’un individu sur 2 000 dans une population. Les amélogenèses imparfaites héréditaires (AIH) et les dentinogenèses imparfaites (DI) sont des anomalies affectant la structure des tissus composant la dent, c’est-à-dire respectivement l’émail et la dentine. Ces défauts peuvent être des défauts qualitatifs et/ou quantitatifs. Ils sont le résultat d’une perturbation du processus embryologique de l’amélogenèse et de la dentinogenèse intervenant au stade de cytodifférenciation de l’odontogenèse.

L’odontogenèse est sous le contrôle de plus d’une centaine de gènes codant pour des facteurs de croissance, des facteurs de transcription (responsables notamment de la différenciation en cellules effectrices) et des protéines dites matricielles. Ces gènes ayant des fonctions dans d’autres processus embryologiques ou d’autres tissus, il est possible que d’autres anomalies accompagnent ces AIH et DI dans des pathologies syndromiques variées. Ainsi, les termes AIH et DI peuvent désigner un signe clinique et une pathologie. Lorsqu’il s’agit de la pathologie non syndromique, on parle d’amélogenèse et de dentinogenèse imparfaites isolées.

L’amélogenèse imparfaite héréditaire

L’amélogenèse imparfaite (AI) est une maladie rare. La prévalence de toutes les formes d’AI varie d’un pays à l’autre : 1/4 000 en Suède, 1/150 000 aux États-Unis. Sa prévalence n’est pas connue en France [1].

L’amélogenèse imparfaite désigne un ensemble hétérogène d’altérations de l’émail touchant l’ensemble des dents des deux dentures. L’AI est une pathologie d’origine génétique qui peut se transmettre de façon autosomique dominante, autosomique récessive ou liée à l’X. Cependant, la majorité des AI se transmettent de façon autosomique dominante [1].

Il existe aujourd’hui une vingtaine de gènes connus comme étant responsables d’AI…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés La pluridisciplinarité au cœur de la gestion thérapeutique des réhabilitations esthétiques

Écouter, observer et… savoir dire non La première étape consiste, avant toutes choses, à écouter le patient afin de pouvoir...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Érosion/infiltration Les clefs de la réussite par une bonne validation de l’accès à la lésion

La procédure d’érosion/infiltration est une thérapeutique connue et abondamment décrite dans la littérature [2, 3]. Il s’agissait au départ de...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Préparation idéale de facette adaptée au cas par cas

Objectif technique Pouvoir assurer la conception des facettes en céramique plurales ou unitaires, quelle que soit la nature du matériau...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Zircone et polissage

Questions… 1.  Existe-t-il plusieurs types de zircone avec différentes propriétés mécaniques ou optiques influençant les indications thérapeutiques ? 2. Les...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Lumière sur les différents types d’éclaircissements dentaires

Quelles sont les étiologies des dyschromies dentaires ? Avant tout traitement, il convient de déterminer l’étiologie des colorations dentaires. Selon leur...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Le gradient thérapeutique

Les facettes Les premières facettes en céramique furent posées par Charles Pincus dans les années 1930, afin d’améliorer le sourire...