Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°21 - 26 mai 2021 (page 26-30)

De gauche à droite : os sain, os ostéoporotique, fracture du fémur.

Information dentaire

Devant les rapports d’effets indésirables lors de la prise d’antirésorbeurs osseux, il est légitime de s’interroger sur la balance bénéfice/risque de ces prescriptions. Il est nécessaire, avant toute prescription d’antirésorbeurs, qu’une discussion ait lieu entre le rhumatologue et le chirurgien-dentiste.

Qu’est-ce que l’ostéoporose ?

En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de maladies rénales, endocriniennes et métaboliques) sont les principales indications à la prescription d’antirésorbeurs osseux. Parmi celles-ci, l’ostéoporose est la plus fréquente. Il s’agit d’une maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse et/ou une détérioration de la micro architecture de l’os, responsable d’une augmentation de la fragilité osseuse et du risque de fracture pour un traumatisme de faible énergie.

La masse osseuse est mesurée grâce à l’ostéodensitométrie par absorptiométrie biphotonique à rayons X. C’est la technique de référence pour mesurer la densité minérale osseuse (DMO) au rachis lombaire et à l’extrémité supérieure du fémur.

La résistance osseuse est fortement dépendante de la DMO. Chez les femmes ménopausées, le résultat s’interprète en T-score, différence entre la densité osseuse mesurée et la densité osseuse moyenne des femmes jeunes au même site osseux ; il s’exprime en unités d’écart-type (ou Déviation Standard).

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a proposé une définition densitométrique de l’ostéoporose chez la femme ménopausée et l’homme de plus de 50 ans : T ≤ – 2,5 au rachis lombaire ou au col fémoral (OMS). Ce T score ≤ – 2,5 DS permet de dépister la personne qui présente un risque accru de fracture pour un traumatisme de faible énergie.

Épidémiologie

L’ostéoporose est une maladie qui affecte 40 % des femmes après la ménopause. En effet, parmi 100 femmes qui parviennent à la ménopause, 18 auront une fracture du col fémoral, 16 présenteront un ou plusieurs tassements vertébraux et 16 souffriront d’une fracture du poignet. Ces chiffres s’accentuent avec le vieillissement. Ainsi, à 80 ans…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Soins de support en cancérologie : accompagnement et hygiène bucco-dentaire pendant tous les temps thérapeutiques

Les cancers de la tête et du cou représentent près de 5 % de toutes les tumeurs malignes. En 2018, ils...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Le patient blessé au cabinet dentaire de l’examen à la rédaction du certificat médical initial

L’exercice de la médecine bucco-dentaire impose aux chirurgiens-dentistes des devoirs légaux et déontologiques. Parmi ces obligations, on retrouve l’établissement de...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Le chirurgien-dentiste face à une situation d’urgence médicale

Cas clinique Monsieur X est un grand-père très attentionné. Il passe beaucoup de temps avec ses petits-enfants. Sa femme lui dit...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Manifestations bucco-dentaires des maladies rares

Est qualifiée de maladie rare, une affection qui touche moins d’une personne sur 2 000. Cela représente 3 à 4 millions...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Intelligence artificielle en médecine orale : comprendre les enjeux éthiques et juridiques pour mieux s’y préparer

L’intelligence artificielle : rêve ou réalité dans nos cabinets ? L’intelligence artificielle (IA) représente une véritable révolution dans le domaine biomédical. L’augmentation du volume des données...