Les complications des chirurgies du quotidien

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°4 - 15 décembre 2020 (page 331-339)

4. Alvéolite suppurée après rinçage alvéolaire.

Information dentaire
« Un bon chirurgien, c’est un chirurgien qui sait gérer ses complications. » « Il n’y a que les gens qui n’opèrent pas qui n’ont pas de complications. » Ces maximes, nous les entendons chaque jour dans nos services de chirurgie, tantôt pour se rassurer, tantôt pour se rehausser. En pratique quotidienne, les complications peuvent arriver à n’importe qui et à n’importe quelle étape d’un traitement chirurgical. Y être préparé et les avoir anticipées sont les clés d’une prise en charge sereine [1].
Nous discutons dans cet article des principales complications postopératoires que l’omnipraticien peut être amené à gérer au cabinet, de quelle façon il peut les identifier, les traiter et les prévenir.

Difficile de prévoir une complication. Pourtant, force est de constater qu’il se dégage des situations à risque : un cas mal préparé, un plateau technique insuffisant, un patient déjà multi-opéré, celui avec qui il a fallu « négocier » l’indication chirurgicale, le dernier rendez-vous de la journée, l’ancien ami perdu de vue que l’on opère la peur au ventre, ou encore le patient « chat noir » chez qui tout est compliqué.

La survenue d’une complication, qu’elle soit prise en charge par l’omnipraticien ou par un confrère spécialiste, est une expérience délicate. On a ainsi vu des confrères abandonner la chirurgie pendant des périodes plus ou moins longues après une mésaventure. Bien que chaque geste ait des complications qui lui sont propres, il se dégage des situations communes que nous allons passer en revue dans cet article.

La douleur

La douleur, principal motif de consultation postopératoire non programmé, doit toujours être vue comme un signe d’alerte. Il est donc essentiel, chez un patient qui est algique en postopératoire, d’exclure tout processus pathologique sous-jacent [2].

La réaction inflammatoire aiguë est un phénomène nécessaire à la cicatrisation, et c’est ce mécanisme qui va le plus souvent être responsable de la douleur postopératoire.

La douleur doit être évaluée (fig. 1) pour permettre la mise en place du traitement pharmacologique adapté (tabl. I). Ce traitement devra ensuite être réévalué et, le cas échéant, réadapté en fonction de son efficacité. Plusieurs molécules peuvent ainsi être associées pour exploiter leurs actions additives ou synergique ; on parle alors d’analgésie multimodale. Par exemple, un AINS est plus efficace quand il est associé au paracétamol. À noter, la grande prudence à adopter vis-à-vis de l’automédication des patients par AINS quand la présence d’un phénomène infectieux sous-jacent n’a pas été exclue.


Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...