Les concepts actuels en microchirurgie endodontique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 7 octobre 2020 (page 16-23)

1b. Contrôle 2 ans après le traitement microchirurgical de la racine MV.

Information dentaire

La microchirurgie endodontique, développée dans les années 1990 par le Docteur Gary Carr, a récemment bénéficié d'avancées. Les principes fondamentaux restent inchangés, mais des matériaux d’obturation et des instruments mieux adaptés facilitent la mise en œuvre de cette technique minimalement invasive.

Les échecs endodontiques sont principalement causés par la persistance de micro-organismes au sein du système canalaire [1]. Le retraitement non chirurgical se révèle souvent être la solution thérapeutique de choix. La microchirurgie endodontique [2] réalisée sous microscope opératoire, avec une gestion atraumatique des tissus, une préparation et une obturation a retro des canaux, donne d’excellents résultats avec un taux de guérison dépassant 90 % [3, 4]. Elle peut s’imposer dans les cas où :

  • une pathologie péri-radiculaire ne guérit pas à la suite d’un (re)traitement (fig. 1a-b) ;
  • un retraitement orthograde présente un mauvais rapport bénéfice-risque : par exemple, la présence d’un tenon dont la dépose pourrait fracturer la dent (fig. 2a-b) ;
  • un retraitement ne parviendrait pas à gérer une situation iatrogène : par exemple, une lésion accompagnée d’une importante extrusion de matériau d’obturation (fig. 3a-b).

Cet article, principalement basé sur des études cliniques, décrit les différentes étapes d’un traitement de microchirurgie endodontique qui sont :

  • l’anesthésie locale ;
  • le lambeau d’accès ;
  • l’ostéotomie ;
  • le curetage de la lésion ;
  • l’apicectomie ;
  • la préparation canalaire ;
  • l’hémostase ;
  • l’obturation ;
  • les sutures.

Anesthésie locale

La première étape du traitement est l’anesthésie qui doit être profonde et participer à l’hémostase peropératoire. L’articaïne 4 % avec 1/100 000 d’adrénaline semble être la solution anesthésique de choix [5].

Sa durée et son intensité sont bien adaptées à la microchirurgie endodontique. L’adrénaline qu’elle contient induit l’hémostase par vasoconstriction.

Lambeau

Un lambeau muco-périosté est ensuite levé. Il doit permettre la visualisation complète de la lésion et pouvoir être suturé berge à berge, soutenu par une surface…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie

Article réservé à nos abonnés La gestion clinique du microbiote intracanalaire dans les pathologies endodontiques

La préparation chimio-mécanique Lors de la préparation endodontique, les instruments vident et mettent en forme les canaux. Il en résulte...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Les lésions endo-parodontales. Évolution des classifications et complémentarité des approches thérapeutiques

Voies de communication endo-parodontales Sur le plan embryologique, les voies de communication s’expliquent par le fait que lors du développement...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Reprise de traitements prothétiques

1 – Quelle est la pérennité des couronnes prothétiques unitaires ? 2 – Quelle technique adopter pour déposer une couronne...
Endodontie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Douleurs endodontiques et parodontales

Les douleurs dentaires résultent le plus souvent de l’infection de l’endodonte ou/et du parodonte par des bactéries, conséquence logique de...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Le rôle de l’assistant(e) dentaire en endodontie

Principes de bases et place au cabinet dentaire Le traitement endodontique a pour objectif de traiter les maladies de la...
Endodontie

Article réservé à nos abonnés Les coups de coeur de Stéphane Simon

Conserver coûte que coûte grâce à la tolérance de la biologie Une hirondelle ne fait pas le printemps. Néanmoins, quand elle...