Les empreintes plurales en implantologie : actualités et perspectives

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 30 septembre 2020 (page 50-62)
Information dentaire

Le principal objectif d’une empreinte en prothèse implanto-portée de grande étendue est de permettre la mise en place « passive » d’une armature métallique ou en zircone. Pour cela, elle se doit d’avoir une grande précision.

Les restaurations de grande étendue présentent la spécificité de devoir reproduire fidèlement les positions dans l’espace d’un grand nombre d’implants (au moins 4) qui sont plus ou moins éloignés, avec une répartition dans l’espace variable (verticalement et horizontalement) et des orientations (angulations) différentes les uns par rapport aux autres. Face aux résultats contradictoires des différentes publications en fonction des études et des auteurs, le praticien se pose toujours des questions : quelle est la meilleure technique d’empreinte ? Faut-il solidariser les transferts d’empreinte ? Quel matériau choisir ? Quelle est l’influence du nombre d’implants, de leur système de connexion, de leur éloignement respectif et de leur parallélisme ou non sur le choix de la technique d’empreinte ? Qu’en est-il avec les empreintes optiques, peuvent-elles aujourd’hui remplacer les empreintes conventionnelles ? Cet article a pour but de répondre à ces questions en se basant sur les données scientifiques de la littérature.

Les empreintes conventionnelles

Techniques d’empreintes

De nombreuses études, pour la plupart in vitro, ont été menées pour tenter de déterminer la technique d’empreinte sur plusieurs implants la plus précise, sans toutefois faire l’unanimité. En effet, Stimmelmayr et al. 2012 [1] ont bien montré que la technique d’empreinte a une influence sur la précision et que la technique utilisant des transferts emportés est la plus précise. Cela fait suite aux travaux de Jo et al. en 2010 [2] qui avaient expliqué que la technique avec transferts emportés est plus précise que celle avec transferts repositionnés et que la précision ne diffère pas quelles que soient la longueur des transferts (au moins 11 mm) et leur angulation.

Choix du matériau à empreinte

C’est un paramètre très important. Walker et al. en 2008 [3] ont montré que la précision de l’empreinte n’est pas influencée par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Les coups de cœur de Maxime Helfer

Si l’empreinte optique n’est pas nouvelle, force est de constater qu’elle devient prépondérante dans les publications. Et ce n’est pas...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Les Adhésifs en prothèse amovible : contribution au bon usage par les assistant(e)s dentaires

Le vieillissement de la population et l’augmentation de l’espérance de vie entraînent inéluctablement un accroissement de la population édentée uni...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Traitement prothétique et parodontite : les bons réflexes

Une forte proportion (47 % à 82 %) de la population française présente une maladie parodontale, 8 % à 11 % des patients présenteraient...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation prothétique et aménagement des tissus mous

Les restaurations prothétiques affectent les tissus de soutien de différentes manières ; elles peuvent notamment entretenir une inflammation ou provoquer...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Le contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques

Bien que peu souvent abordée, la problématique du contrôle de plaque face aux restaurations prothétiques est un sujet essentiel pour...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés La parodontologie au service de l’esthétique en prothèse fixée

L’esthétique est une science philosophique, ayant pour objet la perception, l’émoi des sens et le « beau ». L’esthétique présente deux composantes....