Les inhibiteurs de la résorption osseuse

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°16 - 22 avril 2020 (page 20-23)
Information dentaire

Face à l’inquiétude de patients ostéoporotiques sous inhibiteurde la résorption osseuse (IRO) concernant le risque de survenue d’une ostéonécrose des maxillaires (ONM), le chirurgien-dentiste les rassurera quant à la fréquence de cet événement indésirable. Le bilan dentaire, l’analyse des cofacteurs et le suivi régulier sont les éléments de prévention les plus efficaces. Les foyers infectieux dentaires actifs seront éliminés avant tout traitement. En cas de survenue d’une OIM, le patient sera pris en charge en milieu hospitalier. Le patient recevra des conseils simples : maintien d’une bonne hygiène bucco-dentaire, consultation en cas de mobilité dentaire de survenue rapide, d’ulcération de la muqueuse (sous les prosthèses, etc.). L’objectif sera toujours de prévenir le risque fracturaire lié à l’ostéoporose ainsi que l’infection sur le plan bucco-dentaire, et de ne pas interrompre le traitement par IRO pour un geste dentaire conservateur.

Un sujet d’inquiétude pour les patients, les médecins prescripteurs, les chirurgiens-dentistes ?

Dans sa pratique quotidienne, le chirurgien-dentiste est amené à déchiffrer et à interpréter les prescriptions médicales habituelles de ses patients. La prise en charge doit tenir compte des éventuels traitements susceptibles d’avoir des conséquences sur les soins dentaires ou sur les actes chirurgicaux.

L’interrogatoire révèle parfois la prise par le patient de bisphosphonates ou de dénosumab pour traiter une ostéoporose. Depuis 2003, l’ensemble de la profession a été informé du risque de survenue d’une ostéite particulière, appelée ostéonécrose des maxillaires (ONM) [1]. Il s’agit d’une atteinte osseuse spontanée ou induite par un geste de chirurgie orale pendant ou après la prise par le patient de traitements regroupant les inhibiteurs de la résorption osseuse (IRO), mais aussi les antiangiogéniques (AA) utilisés dans le cadre du traitement des néoplasies. La survenue de cet événement indésirable peut inquiéter les patients (ou le chirurgien-dentiste) et les faire quelquefois renoncer à prendre le traitement par IRO prescrit par leur rhumatologue ou leur médecin généraliste.

Comment gérer la survenue d’une ONM ?

Définition de l’ONM

La définition de l’ONM doit permettre de bien faire le diagnostic et d’écarter toutes les autres causes d’ostéite possibles.

L’American Association of Oral and Maxillo-facial Surgeons (AAOMS) a proposé en 2014 une actualisation des critères caractérisant l’ONMB (ONM liée aux bisphosphonates) [2].

Elle est définie selon quatre critères :

– traitement par antirésorbeurs osseux, en cours ou antérieur (bisphosphonate, dénosumab, AA, etc.) ;

– exposition osseuse durant plus de 8 semaines ;

– absence d’antécédent de radiothérapie dans la région maxillaire ;

– absence de localisation métastatique au niveau des maxillaires.

L’ostéite peut revêtir différentes formes, en fonction de son évolution :

– stade 0 : aucun signe clinique apparent de nécrose…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Médecine

Article réservé à nos abonnés Place des bisphosphonates dans le traitement des parodontites : revue de littérature

Destruction osseuse induite par la parodontite La dernière classification des maladies parodontales définit la parodontite comme une pathologie inflammatoire chronique multifactorielle associée...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment prévenir les ostéonécroses des maxillaires imputables aux antirésorptifs osseux ?

Il n’est pas question ici de remettre en cause le bien-fondé des prescriptions des IRO, dont les modalités ont été...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Pharmacologie pratique des antirésorptifs osseux

Les antirésorptifs sont incontournables car ils ont fait la preuve de leur efficacité thérapeutique et que leur balance bénéfice/risque individuel...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en cancérologie ?

Indications des antirésorbeurs en oncologie Les métastases osseuses Les métastases osseuses sont une complication fréquente des tumeurs malignes (tableau 1). Aux États-Unis,...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Comment traiter les ostéonécroses des mâchoires ? Traitement médical ou chirurgical ?

En 2014, l’American Association of Oral and Maxillofacial Surgeons (AAOMS) [1] a défini les critères de diagnostic de l’ostéonécrose (tableau 1), les...
Médecine

Article réservé à nos abonnés Les bisphosphonates et le dénosumab sont-ils vraiment utiles en rhumatologie ?

Qu’est-ce que l’ostéoporose ? En rhumatologie, les ostéopathies fragilisantes (ostéoporose post-ménopausique ou cortico-induite, atteintes osseuses d’origine génétique, dans le cadre de...