Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 2)

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°39 - 11 novembre 2020 (page 27-31)

6. Utilisation en traction d’une feuille Shimstock de 8 mm de large.

Information dentaire

Après avoir vu dans une première partie (Id n° 27 du 8 juillet) les différents papiers marqueurs de l’occlusion disponibles et la façon d’interpréter les marques occlusales colorées, nous allons détailler quelques astuces pour optimiser le marquage des contacts occlusaux et leur lecture.

Les conseils de l’expert

Bien positionner la tête et le corps du patient

Un patient allongé avec la tête en hyperextension n’aura probablement pas les mêmes contacts occlusaux qu’en position assise, tête droite, jambes décroisées. Il est donc préférable de relever le patient avant d’effectuer un contrôle visuel de l’occlusion (fig. 1).

Utiliser deux pinces porte-papier de type Miller en même temps

Cela permet de vérifier les contacts occlusaux sur toute l’arcade dentaire. Les papiers de 40, 100 et 200 µm existent aussi en forme de fer à cheval, permettant un positionnement sur toute l’arcade avec un seul papier (fig. 2).

Adopter une méthode en 2 phases

Pour visualiser correctement les contacts occlusaux en OIM, Bausch recommande l’utilisation de deux types de papier. D’abord le papier de 200 µm, puis celui de 8 µm ou de 12 µm, d’une couleur différente. Les points de contact apparaîtraient plus visibles grâce à l’agent adhésif Transculase® déposé avec le papier de 200 µm (scannez le QR Code disponible en fin d’article pour accéder à une vidéo de démonstration).

 

Utiliser de la vaseline

Lorsqu’il est difficile de sécher correctement les surfaces occlusales, une autre technique décrite consiste à vaseliner le papier à articuler pour mieux marquer les surfaces de contact [1] (fig. 3).

Finaliser l’ajustage occlusal à 4 mains

Il est souvent difficile de bien sécher les dents puis de prendre la pince porte-papier et faire mordre le patient dessus avant que la salive ne contamine les surfaces occlusales. L’aide d’un(e) assistant(e) est alors très appréciable et permet d’aller plus vite lors de cette séquence. Cela limite les faux négatifs (zone de contact non marquée par le papier).

Entailler le papier

Certains auteurs recommandent une utilisation différente du papier d’occlusion de 40 µm en réalisant des…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Équilibration occlusale raisonnée de la prothèse sur implant

Dans notre pratique quotidienne, il est habituel de remarquer des prothèses sur implant(s), unitaires (fig. 1) ou de petite étendue (fig. 2),...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Les papiers marqueurs de l’occlusion (Partie 1)

Généralement regroupés sous le terme de papiers à articuler, de nombreux distributeurs produisent des papiers marqueurs d’occlusion de différentes épaisseurs,...
CFAO Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouveaux formats pédagogiques en occlusodontologie grâce à l’outil Modjaw®

Avec les récents progrès technologiques, les méthodes pédagogiques tendent à évoluer pour répondre aux demandes des étudiants et de la...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion de la DVO et restaurations implantaires de grande étendue : démarche thérapeutique

Le traitement de l’édenté total constitue, de nos jours, un enjeu majeur de notre profession. Avec le vieillissement de la...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Transfert des données occlusales au laboratoire

Avec la multiplication des restaurations esthétiques antérieures, et notamment les restaurations globales bimaxillaires des pertes de substance dentaire dues à...
Occlusodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion occlusale des restaurations postérieures collées dans le cadre des traitements de l’usure

La restauration des secteurs postérieurs de la cavité buccale par des pièces indirectes de type overlays est une alternative moderne...