Les prothèses muco-portées : étapes de laboratoire

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°2 - 15 avril 2017 (page 111-116)
Information dentaire
Comment traiter les empreintes secondaires ?
Comment exploiter les données du modelage piézographique ?
Comment aborder le montage des dents artificielles ?

Le modelage fonctionnel et l’enregistrement des rapports intermaxillaires exécutés par le praticien comportent toutes les informations précieuses à exploiter par le prothésiste de laboratoire.

• Les empreintes secondaires anatomophysiologiques sont coulées. Les modèles obtenus doivent comporter toutes les morphologies et les limites données pour l’empreinte.
• Le modelage fonctionnel mandibulaire issu de la piézographie est transformé en maquette d’occlusion. Son volume est homothétique à celui du modelage.

• Les maquettes d’occlusion sont montées en articulateur et l’agencement des dents artificielles est abordé en accordant une priorité absolue au montage des dents mandibulaires, tenant compte des données fonctionnelles obtenues dans l’enregistrement des rapports intermaxillaires et de la piézographie.

Traitement des empreintes secondaires

Les empreintes sont validées par le praticien. Elles sont nettoyées et désinfectées, si possible au cabinet dentaire. Trop nombreux sont encore les praticiens qui adressent au laboratoire des empreintes souillées de salive ou de sang, ce qui est un manque de considération pour leur partenaire de laboratoire [1].

Le coffrage est garant de la conservation des données enregistrées, particulièrement au niveau des bords de l’empreinte (limites, épaisseurs…). Il est réalisé de la manière suivante (fig. 1a, b) :
• à l’aide d’une plaque de cire carrée (5 x 5 mm ; Palax Natural), l’empreinte est coffrée sur l’ensemble de sa périphérie, en prenant soin de bien dégager les bords modelés par le jeu musculaire ;
• le coffrage est terminé avec une bande de cire (3 x 5,5 mm), collée perpendiculairement à la première ;
• pour faciliter le coffrage au niveau lingual mandibulaire, le prothésiste s’aide de pâte à modeler ou de silicone lourd ;
• la coulée des modèles est effectuée avec du plâtre dur (classe IV) sous vide ;
• après la prise du plâtre, la cire…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique minimalement invasive chez l’adolescent : gestion de l’incisive latérale

L’agénésie est l’une des anomalies dentaires les plus couramment rencontrées avec une prévalence de 1,6 % à 9,6 % selon les études...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...