Les sensibilités postopératoires : les comprendre pour les éviter

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°25 - 3 juillet 2019
Information dentaire
Afin d’éviter les sensibilités postopératoires, une stratégie thérapeutique doit être mise en place dès le début des soins. Elle repose sur l’établissement préalable de l’évaluation de l’état pulpodentinaire, suivi, si besoin, d’une phase de temporisation curative. Une procédure adhésive maîtrisée, autorisant en outre un scellement de la plaie dentinaire, garantira la pérennité de l’intégrité pulpaire.

Pour appréhender ce sujet, il est utile de rappeler les caractéristiques des différents tissus qui composent la dent afin de comprendre leur comportement vis-à-vis des agressions en général et des techniques adhésives en particulier.

Mécanismes physiopathologiques des sensibilités postopératoires

L’émail : d’origine épithéliale, il recouvre et protège la portion coronaire et sa composition essentiellement minérale autorise un collage de grande qualité garant d’une bonne étanchéité [1].

Pulpe et dentine : ces deux tissus de même origine conjonctive sont en étroite liaison anatomique et physiologique, ce qui explique qu’ils soient souvent associés sous le vocable d’organe pulpo-dentinaire.

La dentine : de composition voisine de celle de l’os, elle est traversée par de multiples tubuli abritant des prolongements cellulaires issus des odontoblastes permettant la circulation centrifuge du fluide dentinaire. Cette réelle perméabilité autorise les échanges entre la pulpe et la jonction amélo-dentinaire.

La pulpe : tissu conjonctif qui comporte plusieurs populations cellulaires noyées dans une matrice extra-cellulaire lâche. À la périphérie, organisés en palissades, se trouvent les odontoblastes, cellules hautement différenciées, formant une barrière étanche. Le rôle principal de cette zone est de produire de la dentine, d’abord primaire durant l’étape embryonnaire, puis secondaire tout au long de la vie. Elle participera également activement à la protection de la pulpe vis-à-vis des irritations pathologiques en cherchant à l’isoler de l’agresseur. Une irritation modérée et répartie dans le temps produira une simple stimulation de la dentinogenèse aboutissant à l’apposition d’une dentine dite tertiaire ou réactionnelle, voire à la production de sclérodentine, véritable barrière calcique au sein même de la dentine par oblitération minérale des tubuli concernés. Si l’agression…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Le sourire : le beau se confond-il avec l’idéal ?

Malgré leurs différences de style et d’approche de la beauté, on peut aimer à la fois Praxitèle, Rodin et Giacometti,...
Esthétique

Analyse esthétique de la face et du sourire : protocole photographique

Le visage avec ses composants (sourire, regard), de par son expression, est susceptible de provoquer une émotion, en particuliers s’il...
Esthétique

L’analyse esthétique informatisée

Si nombre d’auteurs ont abordé l’étude esthétique du sourire à des fins de restauration harmonieuse [1-6], certains ont même proposé...
Esthétique

Les lèvres, un élément du sourire sous-évalué

Comment définir aujourd’hui un sourire harmonieux ? Si pendant longtemps, aux yeux des professionnels dentaires, cela se traduisait essentiellement par le...
Esthétique

e-LAB : un nouveau système d’analyse et de contrôle chromatique

En prothèse fixée, la communication entre dentiste et prothésiste est essentielle pour obtenir de bons résultats, surtout en dentisterie esthétique....
Esthétique

Le projet esthétique 3D : la voie du futur

La photographie permet, depuis quelques années, de développer la planification d’un projet esthétique en deux dimensions (voir l’article précédent). L’analyse...