Lésions aphtoïdes secondaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°35 - 13 octobre 2021 (page 31-33)
Information dentaire
Les aphtes sont des lésions de la muqueuse buccale assez spécifiques, caractérisées par une ulcération bordée d’un érythème. On en distingue trois formes cliniques : les aphtes miliaires, vulgaires et géants qui se distinguent en général par leur taille, leur nombre et leur évolution. Ces aphtes sont soit sporadiques, soit récidivants. Les formes récidivantes peuvent être des aphtoses idiopathiques ou secondaires. Les aphtoses secondaires sont rares, mais doivent être évoquées devant un tableau clinique atypique ou associant d’autres symptômes. La maladie la plus connue, bien que rare, est la maladie de Behçet qui associe souvent, chez un patient d’origine méditerranéenne, une aphtose buccale, une aphtose génitale, des signes cutanés (pseudo- folliculite) et ophtalmologiques (uvéite). D’autres maladies peuvent être inaugurées par des aphtes ou des lésions aphtoïdes : les neutropénies, la maladie de Crohn, les dermatoses neutro-philiques et exceptionnellement une infection à EBV (Epstein-Barr virus) des lymphocytes T.

CAS 1

Motif de la consultation

Patiente de 35 ans, d’origine péruvienne ayant consulté pour des aphtes récidivants.

Histoire de la maladie

• Patiente présentant des ulcérations buccales récidivantes résistant au traitement par la colchicine. Un an après les premières lésions aphtoïdes, la patiente a développé un angiœdème des lèvres et des paupières compliquées, après quelques mois, d’une éruption cutanée vésiculeuse.

Interrogatoire

• Il révélait une aphtose buccale récidivante depuis plus d’un an, douloureuse, sans effet du traitement par la colchicine (1 mg/j). Un diagnostic de maladie de Behçet a initialement été posé par les internistes qui suivaient la patiente. Les aphtes évoluaient sur une durée d’une quinzaine de jours.

Examen clinique

• On observait au niveau endo-buccal de nombreuses lésions typiques d’aphtes d’aspect milliaire ou vulgaire, sur la joue, le palais mou et la luette.

Examen paraclinique

• Le bilan biologique réalisé un an et demi après l’apparition des aphtes retrouvait une cytolyse hépatique sans signes infectieux ni imputabilité médicamenteuse. La sérologie EBV était positive à 800 000 copies. Devant le tableau clinique et biologique, des biopsies ont été réalisées au niveau hépatique et buccal. L’examen anatomopathologique retrouvait une lymphoprolifération T CD8+ cytotoxique et EBV +.

Synthèse

• La maladie chronique active à EBV est une maladie rare ciblant les lymphocytes T et NK de patients immunocompétents originaires d’Asie, d’Amérique centrale ou d’Amérique du Sud. Elle peut se compliquer de lésions de type hydroa vacciniforme localisées et de réactions allergiques importantes aux piqûres de moustiques dans les formes localisées au revêtement cutané. Il existe des formes systémiques avec atteinte hépatique, pulmonaire et oculaire pouvant évoluer vers un lymphome en l’absence de traitement.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Métastases gingivales : l’examen anatomopathologique est déterminant !

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 21 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion de la gencive mandibulaire...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Lésions palatines atypiques

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 90 ans adressé par son chirurgien-dentiste traitant pour une lésion palatine d’apparition...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés À propos de douleurs linguales atypiques

Rubrique coordonnée par Guy Princ 1. Au vu de l’anamnèse et de l’examen clinique, quel(s) diagnostic(s) vous semble(nt) le(s) plus probable(s)...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Les ulcérations peuvent être d’origine infectieuse, inflammatoire, traumatique ou tumorale

CAS 1 Motif de la consultation Étudiante de 23 ans, venue consulter pour l’apparition d’une lésion douloureuse sur la langue....
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Gingivite à plasmocytes : entité pathologique ou inflammation gingivale réactionnelle non spécifique ?

Anamnèse/Histoire de la maladie Une patiente de 34 ans est adressée en consultation parodontale en février 2023 dans l’Unité de...
Dermatologie buccale

Article réservé à nos abonnés Carcinome épidermoïde buccal : dogme des limites de l’exérèse

CAS 1 Motif de la consultation Patient de 75 ans adressé par son dentiste traitant pour une lésion suspecte du...